- Publicité -


Les manifestations hebdomadaires se sont  poursuivies avec une forte mobilisation pour le 21ème vendredi consécutif , les manifestants ont réitéré les revendications principales du “hirak”, notamment le “changement radical du  système”, et le départs des symboles de l’ancien système  ainsi que « l’indépendance du peuple » .

Entonnant des chants patriotiques et brandissant des pancartes revendicatives, les manifestants ont  soulevé des drapeaux algériens de tous les calibres et ont réitéré leur attachement au départ de tous les symboles de l’ancien système.

Avec une présence féminine remarquée, les manifestants qui avaient commencé à arpenter les principales rues et artères de la capitale dans un climat serein, ont fini par se regrouper au niveau de la Grande-Poste, le  Boulevard Amirouche, la rue Hassiba Benbouali et la place Maurice Audin où un dispositif sécuritaire renforcé a été déployé face à une véritable marée humaine.


Aux slogans habituels réclamant le changement radical et le départ des deux B restants de l’ancien système, en référence au chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah et au Premier ministre Noureddine Bedoui, les marcheurs et marcheuses ont réitéré les revendications exprimées dès le début du  “hirak” à savoir “le changement radical”, “la consécration de la justice et de la démocratie”, ainsi que ” la lutte contre la corruption” et “le jugement de tous ceux qui ont été impliqués dans la dilapidation des deniers publics”.

Des centaines de manifestants ont pour leur part appelé à “la libération de tous les  détenus politiques”, et brandi des pancartes et banderoles sur lesquelles on pouvait lire: “La souveraineté appartient au peuple”, « on attend toujours l’application de l’article 7 et 8 de la constitution ! »…

- Publicité -