- Publicité -

Pour ce 57e anniversaire de l’indépendance, des milliers d’algériens sont sortis réclamer une Algérie libre et démocratique et exiger l’application des articles 7 et 8 de la Constitution scandant « la souveraineté appartient au peuple ».

Brandissant des portraits des martyrs de la guerre de libération nationale, ainsi que des pancartes et banderoles sur lesquelles ils ont inscrit leurs revendications, des milliers de manifestant ont marché hier à Alger et dans plusieurs wilayas du pays.


Les manifestants ont trouvé beaucoup de difficulté à rejoindre la capitale a cause des barrages filtrants aux accès vers la capitale, les fouilles et les arrestations.


Pour ce 20ème vendredi consécutif à Alger, les algériens ont réitéré leur attachement au départ de tous les symboles du système, au moment où les initiatives de dialogue se poursuivent sur la scène politique pour tenter de parvenir à une solution à la crise que traverse le pays.


Comme à l’accoutumée, les manifestants ont réitéré les revendications exprimées dès le début de ce mouvement populaire à savoir « le changement radical du système », « la consécration de la justice et de la démocratie », ainsi que “le jugement de tous ceux qui ont été impliqués dans la dilapidation des deniers publics”.


“Les Algériens khawa khawa” Les Algériens sont frères, comme ils ont réaffirmé leur attachement inébranlable à l’unité du peuple et de la nation et à ses origines.


Les manifesatants ont en outre exprimé leur satisfaction du départ de l’un des B, président de l’APN Moad Bouchareb souhaitant le départ des autres B et symboles du système.


Réagissant au discours du chef de l’Etat , les manifestants ont réitéré leur refus de l’organisation de la présidentielle par les symboles du système.


Enfin , plusieurs personnes ont été interpellées , selon une source sécuritaire, la majorité des personnes interpellées seront relâchées après ces opérations de contrôle, à l’exception de ceux qui se sont rendus coupables de port d’armes blanches ou de détention de produits prohibés (drogue et psychotropes…), lesquels seront présentés devant la justice ainsi que ceux brandissant d’autres drapeaux que l’emblème national .




- Publicité -