le gouvernement "mobilisera à cette fin les soutiens, les incitations et les subventions nécessaires", Photo: S. El Haddad
- Publicité -

Intervenant à l’ouverture des travaux du premier sommet Algeria Future Energy, qui se tient depuis ce matin au Centre International des Conférences (CIC) conjointement organisé par Sonatrach et CWC group, Ahmed Ouyahia, Premier ministre, a affirmé le soutien de l’Etat pour l’exploitation et de développement des énergies non conventionnelles (gaz de schiste) et celles des énergies renouvelables notamment le solaire.

A ce titre, estimant ce sommet comme étant “une opportunité” pour l’Algérie  “de mettre en valeurs son potentiel énergétique et de multiplier ainsi les manifestions extérieures d’intérêt, qui sont déjà appréciables dans ce domaine“, Ouyahia dira que la diversification des sources d’énergies est l’un des axes autour des quels le pays entend relever les défis énergétiques auxquels il fait face. Aussi, abordant la question de l’exploitation du gaz de schiste, il indiquera que ” la prospection et l’exploration de cette ressource non conventionnelle seront entourées du plus grand soin pour préserver l’environnement”. Outre cet aspect du respect environnemental souvent décrié par les détracteurs du gaz de schiste, le Premier ministre assurera que “la mise en valeur du gaz du schiste s’accompagnera également du développement d’un environnement local industriel et de services, générateur de dizaines de milliers d’emplois pour nos jeunes“.

Par ailleurs, s’agissant du volet énergies renouvelables, Ouyahia soutiendra que ” le gouvernement entend aller de l’avant dans la bataille de l’énergie solaire renouvelable comme il est allé de l’avant avec succès dans la bataille du dessalement de l’eau de mer” . Pour cela, dira-t-il, le gouvernement “mobilisera à cette fin les soutiens, les incitations et les subventions nécessaires”, tout en soulignant que Sonatrach sera pleinement associée “pour mobiliser les partenaires extérieurs dans la production mais aussi dans la construction d’une industrie locale des intrants nécessaires” pour l’exploitation des énergies renouvelables. Poursuivant dans cette lancée, concernant le second axe autour duquel s’articule le défi énergétique du pays, il dira qu’il sera déployé pour le développement de nouveaux débouchés pour la production d’énergie, en augmentant les capacités de transports des gazoducs vers l’Europe.Quant au troisième, il s’agira, expliquera-t-il de développer également l’industrie pétrochimie en aval de la production d’hydrocarbures. Et d’assurer à ce propos  de l’appui du gouvernement pour le développement de l’industrie pétrochimique et ce au travers ” les nombreux avantages qu’alloue le code des investissements“. Saluant à ce propos ” le récent partenariat conclu entre Sonatrach et TOTAL pour la construction d’un complexe de production de polypropylène“. Enfin, le quatrième qu’évoquera Ouyahia concenera celui de l’amélioration de l’efficacité et la productivité de l’outil national dans le domaine des hydrocarbures. A cet effet, il dira qu’il s’agit ” de recourir aux technologies les plus avancées et d’améliorer la performance des entreprises”. Faisant ainsi l’annonce la finalisation “dans quelques mois” de la nouvelle loi sur les hydrocarbures.

Enfin, annonçant la finalisation “dans quelques mois” de la nouvelle loi sur les hydrocarbures, qui selon lui vise à ” l’amélioration de l’attractivité de l’exploration, de l’exploitation du domaine minier”,  Ouyahia conclura son allocution par un message de sérénité et d’espérance à l’endroit de l’opinion publique algérienne et le reste du monde. “L’Algérie est un pays qui construit son propre avenir, dans un esprit de partenariat, de respect des engagements, et de contribution à la construction d’un monde de paix et coopération”.

D’autres contrats avec Air Products Helios et COGIZ

Après la signature ce matin de quatre accords avec TOTAL et ENI, c’est avec BP et Equinor ( ex Statoil) que le groupe national vient de conclure. Le premier concerne un protocole d’entente entre Sonatrach-British petrolium (BP) et Equinor ( ex Statoil) vient d’être signé sur la zone d’intérêt Tadmait à In Salah. Après de longues négociations, Sonatrach est donc parvenue à la conclusion de cet accord pour augmenter la production de gaz associé et prolonger la durée d’exploitation de ce gisement. Selon les explications fournies à cette occasion par Sonatrach. L’avantage de ce projet, poursuit la même source est l’existence de l’infrastructure de transport actuellement exploitée par Sonatrach. Ce à quoi s’ajoute celui du transfert d’expérience et d’expertise.

S’agissant du deuxième contrat, paraphé entre les deux filiales de Sonatrach à savoir Air Products Helios et COGIZ,  il concerne un projet de réalisation de deux unités de séparation de l’air à Hassi Berkaoui et Arzew pour la production d’azote. D’une capacité de production de 200T/j chacune, ces deux unités permettront de sécuriser la fourniture de Sonatrach en azote à un prix compétitif. Il s’agit également pour Sonatrach de faire de COGIZ un opérateur de gaz industriels en Algérie.

- Publicité -