"Je me réjouis, de la qualité du partenariat étroit que nous avons depuis, intensifié". Photo: S. El Haddad
- Publicité -

Elle fait son entrée à 15H 30Mn, accompagnée du premier ministre, la chancelière allemande Angela Merkel a, devant un parterre de journalistes des deux pays semblait plutôt satisfaite de sa visite.

L’Allemagne, à travers cette visite a réussi la conclusion de l’accord portant extradition des algériens en situation irrégulière en Allemagne, ce que confirmera Ahmed Ouyahia, lors de cette conférence de presse pour dire que l’Algérie “était disposée à recevoir tous ses enfants et quel que soit leur nombre”, laissant toutefois entendre que les autorités Allemandes doivent s’impliquer dans cette opération pour participer à leur retour et ce, en mettant à contribution les vols réguliers de la compagnie aérienne allemande Lufthansa afin de “régler ce retour dans les meilleurs délais.  

Angela Merkel a tenu à s’expliquer sur cette question en ne mettant en cause que l’aspect “irrégulier” de cet émigration, elle a tenu à rassurer quant à l’accueil de son pays des demandeurs de résidence mais, une émigration ciblée, à savoir pour des études, de formation ou même d’émigrés qualifiés le tout, est de pouvoir accueillir les demandeurs dans une situation de légalité.

Outre l’accord portant sur le volet extradition des algériens se trouvant en situation irrégulière en Allemagne, que l’Algérie accepte de recevoir, il a été convenu d’intensifier la coopération algéro-allemande à d’autres domaines dont la chancelière allemande a dit, son pays disposé à participer à la diversification de l’économie nationale.

Depuis sa dernière visite en Algérie, Angela Merkel a tenu à faire le point pour souligner “qu’après dix ans, je me réjouis, de la qualité du partenariat étroit que nous avons depuis, intensifié“. Rappelant qu’il existe sur le marché algérien, 200 entreprises allemandes et un panel de dossier de coopération touchant tant l’économie, que le domaine militaire culturel et aussi une coopération intéressante et profitable dans les domaines défense et sécuritaire et règlement des conflits dont notamment le Mali et la Libye.

Donc, c’est sur le volet “voisinage” que les discussions ont surtout porté ce matin, lors des entretiens que l’hôte de l’Algérie a eu avec le Premier ministre et dont elle exprima sa satisfaction de trouver en l’Algérie, “le partenaire avec lequel il y a convergence de positions” sur ces questions de sécurité aux frontières et règlement des conflits que “je partage” dira Merkel d’autant a t-elle ajouté, que trouver des “solutions à la question de la Libye est dans notre pays et aussi dans l’intérêt de l’Algérie qui partage 6000 Km de frontières avec des voisins en situation de conflit”. Ajoutant que “l’Algérie étant située juste en face de l’Union Européenne“, c’est à dire “pas très loin” est, ce partenaire sur lequel peut compter l’Allemagne qui, par la voix de la chancelière s’engage “à renforcer le partenariat“.

La conférence de presse limitée à quatre questions à raison de deux questions pour les journalistes des deux pays a laissé un peu les médias sur un sentiment de frustration que les journalistes voulaient aborder dont la question énergétique et le sort du projet Desertec.

- Publicité -