- Publicité -

Selon les deux anciens ministres, des relations avec le Parlement, Mahdjoub Bedda, et de l’industrie et des Mines, Youcef Yousfi, « Les usines étaient déjà opérationnelles et tous les avantages ont été accordés entre 2014-2017. La période où Bouchouareb était en poste ».

Ces déclarations ont été faites devant les juges de la Cour Suprême, rapporte une source médiatique qui a publié une partie des auditions.

Pour Mahdjoub Bedda qui aura occupé le poste de ministre durant 3 mois (Gouvernement Tebboune) : « Les avantages dont ont bénéficié les usines d’assemblage de véhicules  étaient le fait du cahier des charges élaboré en 2015 ».

Mahdjoub Bedda affirmera devant le juge que « la majorité des usines était déjà opérationnelles et avaient bénéficié de tous les avantages et exonérations de l’ANDI, ainsi que les crédits bancaires et infrastructures destinés à leur activités durant la période où Abdesselme Bouchouareb était ministre de l’Industrie. Entre 2014 et 2017 ».

De son coté , Youcef yousfi, ex-ministre de l’Industrie, quant à lui, a fait pratiquement les mêmes déclarations.

Il a déclaré que durant sa prise de fonction toutes les usines étaient déjà « opérationnelles et avaient bénéficié de tous les avantages ». Il a affirmé n’avoir donné « aucun avantage » durant toute la période où il a été en poste.

Rappelons que les deux anciens ministres, Mahdjoub Bedda, et Youcef Yousfi ont été entendus, mercredi 19 juin, par le juge d’instruction près le tribunal de Sidi Mhamed, dans le cadre des affaires de corruption liées à l’usine de montage de véhicules de marque KIA.

- Publicité -