Benbitour a appelé "à tirer leçons des expériences des autres pays arabes et trouver de nouvelles idées pour sortir de la crise et engager le pays sur la voie de la prospérité". Photo : DR.
- Publicité -

L’ancien chef du gouvernement Ahmed Benbitour a considéré ce samedi 14 juin à Khenchela que “le mouvement populaire, El Hirak, a réussi en 3 mois à résoudre les dysfonctionnements de la société et du pouvoir en Algérie“.

Lors d’une conférence animée à la bibliothèque centrale de la ville, Benbitour a estimé que le Hirak a eu un impact positif sur le peuple algérien “guéri, a-t-il souligné, de plusieurs de ses maux”.

L’ancien chef du gouvernement a estimé que les multiples dysfonctionnements que connaissait le pays avant le mouvement populaire enclenché le 22 février passé avait conduit vers “un Etat dilué incapable d’aller de l’avant“, ajoutant que “les comportements civilisés de millions d’Algériens ont montré la capacité à en guérir lorsque la volonté est au rendez-vous“.

Le peuple algérien, a ajouté le conférencier, a montré au monde par les marches qu’il tient en chaque fin de semaine qu’il était capable de changer beaucoup de choses négatives par l’esprit de citoyenneté affiché dans les 48 wilayas depuis trois mois“, ajoutera-t-il dans ce sens.

Au plan économique, soulignant que l’Algérie comme des autres pays se doit “de s’adapter à ces changements géostratégiques nouveaux” qui s’opèrent dans le monde et sur l’équilibre des puissances en place, Benbitour, expert économiste, relèvera que ” l’aisance financière qu’a connue le pays au cours des dernières années n’a pas été exploitée comme il se doit par la direction du pays affectant par conséquence l’économie du pays à moyen et long termes“.

Au terme de sa conférence organisée à l’initiative de l’association jeunesse et développement de la wilaya de Khenchela, Benbitour a appelé “à tirer leçons des expériences des autres pays arabes et trouver de nouvelles idées pour sortir de la crise et engager le pays sur la voie de la prospérité“.

- Publicité -