Benflis soutient Gaïd Salah dans son appel au dialogue
- Publicité -

Ali Benflis, président du parti Talaie El  Houriyat, réagissant lui aussi au discours prononcé hier par le vice-ministre à travers lequel il a notamment déclaré que la crise politique dans laquelle se trouve plongée l’Algérie, ne pourrait trouver un début de solution qu’avec l’application des articles 7, 8 et 102 de la constitution estime que cette la démarche répond à une “demande  populaire pressante“.

  “Le Haut Commandement de l’ANP a réaffirmé son attachement à une sortie constitutionnelle de cette impasse. Il a proposé comme cadre  constitutionnel à cette sortie de crise une mise en œuvre combinée des  articles 7, 8 et 102 de la Constitution“, note Benflis dans un  communiqué.

Soulignant ainsi que “lorsque la survie de l’Etat national est en jeu, elle prend le pas sur toutes les autres considérations“.

Néanmoins, il affirmera que “le mérite de cette démarche tient d’abord au fait qu’elle répond à une demande populaire pressante, mais elle tient surtout à la trajectoire dans laquelle  elle s’inscrit, celle de la défense de l’Etat national et des buts de la  révolution démocratique pacifique“.

Dans ce contexte, poursuit Benflis, je tiens à souligner le choix fait par le Haut Commandement de l’ANP de situer sa contribution au règlement de la crise actuelle dans les limites permises par un ordre constitutionnel que les  forces extra-constitutionnelles s’emploient à rendre inopérant“.

Ceci tout en mettant en avant que “ce choix, malgré toutes les difficultés qu’il peut rencontrer, témoigne du caractère républicain de nos forces armées“.

Pour Benflis, “la référence à l’article 28 de la Constitution dans le communiqué du MDN est loin d’être anodine“, précisant que “lorsque l’indépendance et la souveraineté nationales sont menacées par un effondrement généralisé des institutions, la mission de  préservation de l’Etat national est pour tous un devoir sacré“.

Ceci étant, il ne manquera pas de relever que  le communiqué du Haut Commandement de l’ANP “tire la sonnette d’alarme sur la gravité de la situation actuelle“, considérant que “chacun d’entre nous mesure la gravité  exceptionnelle de cette situation à laquelle le pays est confronté“.

- Publicité -