Un accord de coopération multilatérale dans le cadre de AIEA a déjà été signé. Photo S. El Haddad
- Publicité -

L’énergie nucléaire compte parmi l’éventail des sources d’énergie que peut développer l’Algérie dans le cadre de sa stratégie 2030-2050. Pour se faire, une loi encadrant cette industrie serait déjà en voie d’élaboration au niveau du ministère de l’énergie.   

Le ministre du secteur  qui s’exprimait aujourd’hui en marge des travaux d’un atelier international organisé par le Commissariat à l’énergie atomique (Comena) a abordé la question du nucléaire et le devenir de cette source d’énergie sous l’angle juridique d’abord parce qu’il faudra d’abord procéder à la mise en place d’un cadre légal adéquat devant encadrer le développement de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques et en fixer les règles de sécurité et de sûreté nucléaire.

Ce cadre légal permettra ensuite l’exploitation de cette énergie dont il est attendu qu’elle serve à des fins pacifiques devant répondre aux besoins énergétiques de l’Algérie en matière de santé, de ressources en eau ou, encore d’agriculture.

Actuellement à l’étape de confection du cadre juridique, les responsables en charge du secteur mènent en parallèle plusieurs autres chantiers entrant dans la préparation de cette transition et ce, en partant de l’organisationnel à la formation surtout que les infrastructures de formation existent déjà. Ainsi, le ministre Guitouni, rappela la pertinence de la création du Comena en 1996, la réalisation de deux réacteurs nucléaires destinés à la recherche, la création de l’Institut algérien de formation en génie nucléaire en 2011 et du Centre national de formation et d’appui à la sécurité nucléaire en 2012. Des organismes chargés de la formation de toutes les activités de la chaine de développement de cette ressource énergétique inestimable pour l’avenir énergétique du pays.

“L’Algérie pense à son avenir. La demande croissante sur l’énergie a conduit l’Etat à initier un programme ambitieux en matière d’énergies renouvelables axé sur la diversification des sources d’énergie pour garantir l’avenir des générations futures. L’énergie nucléaire constitue, à ce titre, un choix stratégique pour notre pays”, a assuré le ministre.

Laquelle perspective est soutenue par ailleurs par divers accords de coopération portant sur l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire, avec plusieurs pays, dont la Chine, l’Argentine, la France, les Etats-Unis et la Russie ceci, en plus d’un accord de coopération multilatérale dans le cadre de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).

- Publicité -