Sitôt sortie l’information de cette menace de plainte, les réactions se sont multipliées sur les réseaux sociaux. Emanant d’intellectuels mais aussi de citoyens anonymes, ces réactions sont unanimes pour déclarer le soutien et la solidarité envers Abdelaziz Boubakir, dont l’intégrité et l’honnêteté intellectuelles sont connues de tous.
- Publicité -

Le général à la retraite Khaled Nezzar n’a pas apprécié l’entretien accordé à El Hiwar, quotidien arabophone, par l’universitaire Abdelaziz Boubakir, un homme connu pour sa probité intellectuelle.

Le passage incriminé est celui où Boubakir rappelle des paroles de Chadli Bendjedid, faisant état de ses regrets à l’avoir nommé ministre de la défense.

Il est à souligner que ces propos figurent déjà dans Les mémoires du président Chadli, Boubakir ayant collaboré à leur écriture. Estimant cette version ” diffamatoire “, le général à la retraite, qui ne semble pas porté sur l’acceptation de la vérité même émanant de la bouche d’un ancien président de la République, sollicité par le site Algérie-Patriotique, menace d’une plainte, affirmant ” qu’Abdelaziz Boubakir devra répondre devant la justice pour ses propos diffamatoires, aussi bien lors de son intervention au journal arabophone dont il était l’hôte mais aussi dans son livre “.

Contacté par nos soins pour donner sa version sur cette ” affaire “, Abdelaziz Boubakir a eu une réaction aussi mesurée dans la forme que ferme dans le fonds : ” Je suis étonné, je suis prêt à l’affronter dans un face à face je n’ai fait que rapporter les propos de Chadli “.

Notons que sitôt sortie l’information de cette menace de plainte, les réactions se sont multipliées sur les réseaux sociaux. Emanant d’intellectuels mais aussi de citoyens anonymes, ces réactions sont unanimes pour déclarer le soutien et la solidarité envers Abdelaziz Boubakir, dont l’intégrité et l’honnêteté intellectuelles sont connues de tous.

- Publicité -