A la colère des étudiants, Hadjar appelle au calme.Photo:DR
- Publicité -

Les services du ministère de l’enseignement supérieur “ne ménagent aucun effort” en vue d’assurer la sécurité au sein des cités universitaires, déclare Hadjar. C’est là sans doute la dernière chose que les étudiants en colère voudraient entendre pour les rassurer.

Alors qu’une mobilisation sans précédente continue à se renforcer au sein de la communauté estudiantine pour dénoncer l’insécurité dans les enceintes universitaire après le meurtre avant-hier soir du jeune Assil Belatla inhumé il y a plus d’heure au cimetière de Sidi Betka de la ville de Bordj Bou Arréridj, le premier responsable du secteur tente de rassurer tant les étudiants que l’opinion publique en affirmant que son département ministériel “ne ménagent aucun effort” en vue d’assurer la sécurité au sein des cités universitaires”.

Tahar Hadjar, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique, s’exprimant aujourd’hui lors d’une réunion avec les recteurs d’universités et directeurs des écoles supérieures de la région Centre, en présence du Secrétaire Général de l’Union des universités arabes (UUA), Amr Ezzat Salama, a ainsi appelé à la nécessité de garantir la sécurité, le calme et la sérénité au sein de l’enceinte universitaire.

Tout en dénonçant l’assassinat du jeune Assil Belatla, étudiant en 3ème année médecine, à la cité universitaire de Ben Aknoun-Alger, Hadjar a indiqué aujourd’hui, que les services de son département ministériel “ne ménagent aucun effort” en vue d’assurer la sécurité au sein des cités universitaires. Des déclarations qui suffiront-elles pour autant apaiser les étudiants en colère et à plus forte la famille du jeune Assil?



Pour rappel, originaire de Bordj Bou Arréridj, Assil Belalta, avait 21 ans. Etudiant en 3ème année médecine, il a été dimanche soir égorgé et asséné de plusieurs coups de couteau dans sa chambre à la cité universitaire Taleb Abderrahmane 2 (Benakoun). Suite à quoi, les services de sécurité ont de facto ouvert une enquête pour déterminer les circonstances de cet horrible crime dont il semblerait que l’un des deux agresseurs ait été arrêté.

En outre, un vague mouvement de colère et d’indignation a été soulevé sur les réseaux sociaux mais aussi à Bordj Bou Arréridj et à Alger où des étudiants ont tenu hier respectivement devant l’université Mohamed El Bachir El Ibrahimi ainsi qu’ à la faculté de médecine à Alger un grand rassemblement en mémoire de leur camarade certes pour qui ils demandent à ce que justice soit faite, mais aussi pour dénoncer entre autre l’insécurité dans les cités universitaires.

Notons que l’assassinat du jeune Assil jours seulement après celui de l’étudiant africain retrouvé mort hors de l’enceinte universitaire dans la wilaya de Annaba, après avoir reçu plusieurs coups de poignard.





- Publicité -