"La justice sociale sera le garant de la stabilité sociale et une preuve concrète de la dotation d'un développement global, juste et équilibré pour tous les Algériens". Photo/DR
- Publicité -

El-Islah “se défend d’adhérer à toute démarche hasardeuse qui pourrait faire revenir l’Algérie en arrière”.

Filali Ghouini, président du Mouvement El Islah, présidant aujourd’hui, l’ouverture des travaux de la 6 e session ordinaire du Majliss Echoura (Conseil consultatif) de sa formation politique, a mis l’accent sur l’impératif de lutter contre toute tentative “sournoise” d’ingérence étrangère, et de faire face à “certains appels locaux douteux, visant à disperser l’effort national et à ébranler la confiance des Algériens en leur Etat, institutions et en la direction judicieuse” de leurs dirigeants.

A ce propos, relevant que sa formation se défendait “d’adhérer à toute démarche hasardeuse qui pourrait faire revenir l’Algérie en arrière, même sous couvert d’un soi-disant processus ou phase constitutive ou de transition“, il dira que “certaines parties étrangères et de l’intérieur parient sur l’affaiblissement de l’immunité interne, à travers l’exploitation de différents sites et tribunes médiatiques pour semer le désespoir et cultiver l’esprit défaitiste“.

D’où l’impératif, selon lui de “la poursuite des réformes et de l’évaluation des politiques et programmes dans le cadre d’une cohésion nationale qui préserve les acquis contre les menaces et conspirations“. Chose pour laquelle il assurera de la “pleine disponibilité des militants d’El Islah à contribuer efficacement à la concentration de l’effort national sur l’édification d’un front interne fort“.

Evoquant les prochaines présidentielles, Ghouini a une fois de plus réitéré le soutien de son mouvement au Président Bouteflika, pour briguer un nouveau mandat. Pour cela, Il s’est engagé à “redoubler d’efforts pour contribuer efficacement à convaincre les abstentionnistes de voter et les défaitistes de l’importance de l’action politique et partisane, et partant les inciter à investir les espaces politiques et syndicaux“. Ce à quoi à il dira que le programme de sa formation politique d’action pour 2019 consacre une préparation “sérieuse de la participation du Mouvement à la prochaine échéance électorale“.

- Publicité -