"On parle beaucoup de l’importance de trouver une solution consensuelle entre les dispositions de la Constitution et les revendications populaires. Croient-ils qu’il existe une contradiction entre ce à quoi tendent les dispositions de la Constitution dans leurs véritables dimensions et ce à quoi appelle le peuple algérien dans ses marches successives". Photo MDN.
- Publicité -

Ce mercredi 9 avril, et au lendemain de l’officialisation définitive du poste de président de la République par le Parlement, Ahmed Gaid Salah, vice-ministre de la Défense, réitère son soutien au peuple et entérine  la désignation la désignation d’Abdelkader Bensalah à la tête de l’Etat.

Ainsi, s’exprimant depuis Oran où il effectue une visite d’inspection dans la 2ème Région militaire, sur la situation politique au pays  et la période de transition, le chef d’état-major, qualifiant de “période décisive” la situation que traverse le pays, dira qu’il est impératif “pour concrétiser les revendications populaires”,  que “les enfants du peuple algérien doivent faire preuve de conscience, de patience et d’éveil contre des parties étrangères qui tentent de semer la Fitna et de stabiliser l’Algérie”.

En ces propos, Gaïd Salah dira : ” Je voudrais en cette occasion rappeler de nouveau que je me suis engagé personnellement à soutenir le peuple en cette étape cruciale et de me tenir à ses côtés, en dépit des voix qui s’élèvent aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur, exaspérées par la forte cohésion entre le peuple et son Armée”.

Par ailleurs, sur la désignation d’Abdelkader Bensalah au poste de chef de l’Etat, le chef d’état-major considérera qu’ ” il est irraisonnable de gérer la période de transition sans les institutions qui organisent et supervisent cette opération, et ce, au regard des conséquences découlant de cette situation qui pourraient compromettre tout ce qui a été réalisé depuis l’indépendance à ce jour, en termes d’acquis et de réalisations qui demeurent la fierté des générations”.

Aussi a-t-il “déploré l’apparition de tentatives de la part de certaines parties étrangères, partant de leurs antécédents historiques avec notre pays, poussant certains individus au devant de la scène actuelle en les imposant comme représentant du peuple en vue de conduire la phase de transition, afin de mettre en exécution leurs desseins visant à déstabiliser le pays et semer la discorde entre les enfants du peuple, à travers des slogans irréalisables visant à mener le pays vers un vide constitutionnel et détruire les institutions de l’Etat, voire provoquer une déclaration de l’état d’exception”.

Sur un autre registre, le chef des Armées annoncera l’ouverture des dossiers contre ” la bande impliquée dans des affaires de corruption et de dilapidation des deniers publics“, assurant que ces derniers font ” l’objet actuellement de poursuites judiciaires”

- Publicité -