Ould Kaddour PDG de Sonatrach limogé. Photo: S.El Haddad.
- Publicité -


Le pays est très attractif. Les groupes étrangers le savent très bien. Maintenaient, c’est à nous de trouver les formes nécessaires de ce partenariat“.

Nous avançons certainement, mais avec beaucoup de précautions pour pouvoir nouer des partenariats gagnants“. C’est là une réponse Abdelmoumen Ould Kaddour , PDG du groupe Sonatrach interrogé sur une éventuelle exploitation du gaz de schiste avec le groupe américain ExxonMobil.

A ce titre, lors d’un point de presse tenu cet après midi à Oran à l’issue cérémonie de signature d’une convention entre Sonatrach et le groupe français Total pour la création d’une société commune STEP relative à la réalisation d’un complexe de polypropylène, à une question sur l’exploration du gaz de schiste avec avec le groupe américain ExxonMobil, Ould Kaddour, rappelant ‘le potentiel énorme‘ de l’Algérie en la matière qui fait d’elle la troisième réserve mondiale, il dira qu’effectivement  d’importants groupes avancés dans ce domaine “souhaitent venir travailler avec nous dans ce domaine car nous avons un réel un potentiel”. Citant à ce sujet des  sociétés telles que British Petrolium, Total. Même “Chevron“, deuxième compagnie pétrolière des Etats-Unis derrière ExxonMobil et la sixième au niveau mondial “a récemment exprimé sa volonté de venir travailler en Algérie”, dira-t-il. “L’Algérie dispose de la troisième réserve mondiale, ce n’est pas moi qui le dit, cela a été confirmé par des institutions internationales et à travers des mesures par satellites”, ajoutera-t-il.

Et de faire part à ce propos que “des discussions et des négociations sont menées à long terme. Une avancée positive est remarquée. Toutefois, nous ne sommes pas encore arrivés à un accord. Nous avançons certainement mais avec beaucoup de précautions pour pouvoir nouer des partenariats gagnants“. “Le pays est très attractif. Les groupes étrangers le savent très bien. Maintenaient, c’est à nous de trouver les formes nécessaires de ce partenariat“, conclura-t-il ses réponses au sujet de l’exploration du gaz de schiste.

L’amenuisement des réserves nationales ‘ce ne sont que des spéculations’

Par ailleurs, à la presse qui lui rapportait des informations selon lesquelles les réserves nationales en hydrocarbures étaient en amenuisement, Ould Kaddour rétorquera que ‘ce ne sont que des spéculations’.”Nous n’avons pas un système de mesure des puits de pétrole pour dire que nos puits sont épuisés. Jusqu’à présent, nous ne savons pas combien nous produisons exactement, ni combien nous consommons, ou à combien sont estimées nos réserves“, a-t-il argumenté sur cette question. Ainsi, en absence de ce système de mesure, “nul ne peut répondre à ces questions. Tout ce qui se dit n’est que spéculations“, a-t-il soutenu.

Et d’ajouter dans ce contexte que les process de digitalisation dont sont équipées les installations pétro-gazières de son groupe permettant entre autres de suivre la vie des gisements et leur exploration, sont là pour dire à “ceux qui affirment que nos gisements pétroliers sont épuisés sont très loin de la vérité“. Et pour cause soulignera-t-il, ‘l’Algérie est un pays immense et ses ressources sont exploitées à moins de 30%, faisant savoir que “d’excellentes nouvelles sont à venir“.

- Publicité -