Giuseppe Conte: " cette première visite en Algérie, est pour une occasion de relancer le partenariat économique". Photo: S. El Haddad
- Publicité -

La question libyenne a constitué un axe principal dans les discussions menées au Centre International des Conférences-Alger  entre Ahmed Ouyahia, Premier ministre et son hôte Giuseppe Conte, président du Conseil des ministres italien qui effectuait aujourd’hui sa première visite en Algérie.

le dossier libyen, “ a pris une grande  partie du temps de ces discussions “, a affirmé tout à l’heure Ahmed Ouyahia lors d’un point de presse conjoint tenu à l’issue de l’entretien le président du Conseil des ministres italien. Un point de presse où, faut-il le souligner, la presse italienne présente à harceler son ministre sur notamment les mesures à prendre contre les dégâts causés par les intempéries et inondations meurtrières qui ont ravagé le pays la semaine dernière.

Ainsi, évoquant la tenue de la Conférence de Palerme, en Sicile, sur la Libye qui  se tiendra les 12 et 13 novembre prochains à laquelle l’Algérie prendra part, il dira que ”  le chef de l’Etat désignera la personne qui le représentera à cette conférence “. Ce qui est sûr, poursuivra-t-il est que ” la délégation algérienne travaille aux côtés des autorités italiennes pour le succès de cette conférence et aussi pour une solution pacifique de la crise libyenne dans les délais les proches que possibles“. A ce propos, il soulignera la nécessite que ” la question libyenne soit contenue par les parties libyennes elles-mêmes “, ainsi que celle  ” d’appuyer les efforts de l’ONU ” pour le règlement du conflit. A ce sujet, Giuseppe Conte, considéra que ” l’Algérie est un pays pleinement impliqué dans le processus de paix en Libye ». A ce titre, enchaînera-t-il, il « désire » qu’elle « continue à donner la direction du processus démocratique » que durant la Conférence de Palerme,  et ce en vue du dénouement du conflit libyen.

“Augmenter le taux des échanges commerciaux à 10 milliards d’euros”

Auparavant, sur le volet coopération économique et commerciale, Giuseppe Conte, qui estimera que ” cette première visite en Algérie, est pour une occasion de relancer le partenariat économique “, qu’il qualifiera de ” très constructif ” les discussions avec la partie algérienne et d’ “ excellentes les relations algéro-italiennes “. L’Algérie, ajoutera-t-il représente le ” premier partenaire de l’Italie en Afrique et dans la région MENA “. Selon lui, “la coopération industrielle” est le meilleur exemple pour illustrer la qualité de cette relation notamment dans le domaine de l’énergie. Une coopération qui dira-t-il ” il faudra encore renforcer “. Dans ce contexte, citant le chiffre 8 milliards d’euros pour estimer le taux des échanges commerciaux en Algérie et son pays en 2017, il indiquera vouloir porter ce chiffre à la hausse pour parvenir à ” plus de 10 milliards d’euros ” pour cette année.

- Publicité -