Une numérisation réussie dans les cœurs de métier comme la sismique ou la modélisation de réservoir, notamment, aidera à atteindre les objectifs du secteur de l'énergie. Photo! S. El Haddad
- Publicité -

Nous avons certes fait beaucoup de progrès (…) Mais, force est de constater, qu’il nous reste beaucoup à faire dans le domaine d’imagerie du sous-sol, la maintenance préventive et l’optimisation des processus industriels et de gestion“.

Des efforts restent à consentir pour développer davantage la digitalisation du secteur des hydrocarbures en Algérie, même  si “beaucoup de progrès” ont été réalisés, a affirmé ce matin, Mustapha Guitouni, ministre de l’Energie.   

Nous avons certes fait beaucoup de progrès. Je citerai en particulier la  sismique à trois dimensions, le traitement sismique, le forage horizontal,  les diagraphies, la modélisation de réservoir et le contrôle des installations. Mais, force est de constater, qu’il nous reste beaucoup à faire dans le domaine d’imagerie du sous-sol, la maintenance préventive et l’optimisation des processus industriels et de gestion“, a expliqué le premier responsable du secteur de l’Energie, lors d’un qui se tient au siège de la direction générale de la Sonatrach.

Selon lui, une numérisation réussie dans les cœurs de métier comme la sismique ou la modélisation de réservoir, notamment, aidera à atteindre les objectifs du secteur de l’énergie.

Ces objectifs consistent, a-t-il précisé, à améliorer le taux de succès de l’activité exploration, augmenter les réserves récupérables au niveau des  gisements en exploitation, optimiser des chaînes gazières et pétrolières et d’en réduire les coûts d’exploitation, y compris dans l’aval et enfin contribuer à la protection de l’environnement.

- Publicité -