Sur les 96.000 titres de séjour accordés en Ile-de-France en 2017, 11.613 ont été accordés aux Algériens. Photo: DR.
- Publicité -

Les étudiants algériens en France sont parmi les plus nombreux à étudier en France avec un nombre de 30.521 contre 26.116 en 2017.

Les Algériens représentent 12 % de la totalité des bénéficiaires de titres de séjour délivrés en 2017 en Ile-de-France, selon des chiffres publiés par l’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) de la même région française.

Sur les 96.000 titres de séjour accordés en Ile-de-France en 2017, 11.613  ont été accordés aux Algériens, suivis par les Marocains avec 8.012 titres de séjours,  les Chinois avec 7.290 titres, les Tunisiens 6.604 titres et les Maliens pour qui 3.383 titres de séjours ont délivrée, selon les données de l’institut publiées hier.

Les cinq pays représentent 40 % des bénéficiaires d’un séjour légal en France, alors que les membres de la communauté maghrébine représentent à eux seuls 28 % des bénéficiaires. Plus de la moitié des titres franciliens sont accordés à des Africains (54 %) dont la plupart sont francophones, ajoute la même source soulignant que l’immigration familiale est composée à 68 % d’Africains essentiellement du Maghreb et des pays francophones.

Ainsi, les données de l’IAU précisent que l’immigration familiale ne compte que pour 35 % des titres délivrés dans la capitale, alors qu’elle représente six titres sur dix en Seine-Saint-Denis et Seine-et-Marne, et plus de la moitié en Essonne et dans le Val-d’Oise. En lien avec l’importance du regroupement familial, les  Africains sont plus nombreux parmi les détenteurs de titres de séjour dans  l’Essonne et la Seine-et-Marne

Soulignant que les étudiants chinois sont les plus nombreux, l’Institut français indique qu’avec un taux de 44 %, les étudiants viennent surtout d’Afrique, quant à ceux en provenance d’Asie représentent 36 %.

A ce propos, l’IAU notera que les étudiants algériens en France sont parmi les plus nombreux à étudier en France avec un nombre de 30.521 contre 26.116 en 2017, selon les dernières données de Campus France.  Ainsi, citant le top 25 de 2017, l’Algérie occupait le 3e rang après le Maroc et la Chine avec plus 10 % en évolution des effectifs de 2011 à 2016.

Paris se singularise par sa place prépondérante dans l’accueil des étudiants (plus de quatre sur dix y résident) et des entrées pour motif professionnel (plus du tiers), explique encore la même source.

Par ailleurs, plus de quatre migrants économiques sur dix proviennent du  Maroc, de Tunisie, de l’Inde, du Bengladesh et des Etats-Unis, selon l’IAU qui souligne que la France reste en Europe un pays modéré en matière d’immigration.

Par ailleurs, les mêmes données indiquent également que l’Ile-de-France représente à elle seule 39 % des titres de séjour délivrés en France, alors que sa part était proche de 45 % en 2000. Parmi cette part, 30 % sont accordés pour suivre des études, second motif après la famille (36 %).

En matière de demandeurs d’asile, 26 % du total de la France ont été accueillis en 2017 en Ile-de-France.

- Publicité -