- Publicité -

Des rencontres régionales seront incessamment lancées à travers le pays pour la récolte de signatures.

La coordination nationale de soutien au programme du président vient d’appeler “solennellement” le chef de l’Etat à se présenter pour les élections présidentielles d’avril 2019 afin de “poursuivre sa mission à la tête de l’Etat”.

A ce titre, Naserddine Zerkaoui, coordinateur et membre du bureau national de cette instance sociétale qui regroupe pas moins de 3800 associations et mouvements de la société civile, précisant qu’il ne s’agit pas là “d’un cinquième mandat, mais du premier en vertu de la nouvelle Constitution de 2016″, il dira que cet appel est pour “la continuation de l’œuvre magistrale accomplie durant ces 20 années, jalonnées de progrès et d’acquis pour l’Algérie”.

Un appel pour qui il espère “une réponse favorable “du chef de l’Etat, qui dira-t-il “n’a jamais hésité à relever les défis de quelle que nature soit-il”. Pour ce faire, enchainera-t-il, “une série de rencontres régionales et de wilayas débuteront incessamment en vue pour la récolte des signatures”. Chose qu’il considérera tout à fait “aisée dans la mesure où le Président bénéficie du soutien et de l’affection du peuple”.

Ainsi, dans une réunie aujourd’hui à son siège El-Biar-Alger, des membres de la Coordination nationale de soutien au programme du président de la république, qui rappelons-le a été créée en 1999 et regroupe sous son aile “toutes les couleurs politiques du pays”, Nasreddine Zerkaoui, saluera “avec une grande satisfaction la décision du président Bouteflika de convoquer le corps électoral pour les élections présidentielles du 18 avril 2019″. Pour lui, c’est “une décision qui traduit l’attachement du chef de l’Etat au respect de la Constitution et du système institutionnel qu’il a mis en place, et par delà ces considérations, sa totale considération pour le peuple algérien et pour sa volonté souveraine”.

En outre, réitérant “avec force son soutien inconditionnel et constant au Président Bouteflika”, il lui témoignera, au nom de la coordination qu’il représente “sa grande reconnaissance pour l’œuvre magistrale accomplie durant ces 20 années, jalonnées de progrès et d’acquis pour l’Algérie”. Et pour cause, affirmera-t-il, “l’Algérie de 2019, est un pays stable, son unité sociale consolidée, réconciliée avec son histoire et ses fondamentaux d’ordre sociétal”. “Les résultats sont là, palpables avec les réalisations en matière de transport, d’énergie, d’eau, de télécommunication, de logement, de l’éducation, de formation…”.

Ce sont là, poursuivra-t-il, autant de “nombreuses réalisations” qui viendront se conforter par des “avancées remarquables en matière de promotion du mouvement associatif, du dialogue social ou encore des droits de l’homme et de la femme”. Des avancées qui lui ont valu “une reconnaissance par la communauté internationale”, ajoutera-t-il.

De fait, face à “la nécessité impérieuse de travailler à préserver les acquis de l’heure et de poursuivre l’effort de construction d’une Algérie encore plus forte, durablement sereine et prospère”, et à “l’enjeu de préservation de ces acquis majeurs dont le président Bouteflika en a été l’artisan et leur consolidation, nous lançons un appel solennel pour poursuivre sa mission à la tête de l’Etat et se présenter aux élections du 18 avril 2019″, dira Nasreddine Zerkaoui sous les applaudissements et les youyous de l’assistance.

Par ailleurs, outre Mustapha  Chalabi, également membre de coordination nationale de soutien au programme du Président Bouteflia, qui a lancé le même appel en langue arabe, Sid Amar Cheikh El Kounti, de la Tarika El kountia à lui aussi en langue amazigh appelé le chef de l’Etat à se présenter aux échéances électorales du 18 avril prochain.

Quant à Abdelkrim Abidet, membre de la coordination mais aussi, psychothérapeute et une référence internationale en matière de proximité de prévention pour la lutte contre les fléaux sociaux, en marge de cette rencontre, nous fera part de “la création du Front populaire de la société civile”. Il s’agit, expliquera-t-il, “d’un groupement d’associations civiles qui soutient le Président de la République, mais aussi qui dénonce que le Président n’est pas l’apanage d’un parti ou d’une quelle que partie qui soit. Le Président est à tous les Algériens”.  

- Publicité -