"Abderrahmane Bettache une valeur sûre et un homme pétri de valeurs morales et professionnelles". Photo: DR
- Publicité -

Le journaliste Abderrahmane Bettache,  décédé vendredi, a été inhumé ce samedi au cimetière de M’douha, dans la wilaya de Tizi-Ouzou, en présence d’une foule nombreuse de confrères,  d’amis et de proches.

Présent à l’enterrement, le ministre de la communication, Djamel Kaouane,  a considéré que la presse algérienne vient de perdre en la personne de  Abderrahmane Bettache une “valeur sûre”, ajoutant que le défunt était “un  homme pétri de valeurs morales et professionnelles” qui ont fait de lui un  journaliste “émérite et reconnu de tous”.

Le secrétaire générale de l’UGTA, Abdelmadjid Sidi Saïd, également présent  sur les lieux, a évoqué, pour sa part, une vieille relation de militantisme  avec le défunt, qui remonterait aux années 1990, au plus fort de la crise  sécuritaire qu’avait connue le pays. “Je dois témoigner qu’il avait rendu d’énormes service au pays et qu’il  était un homme de métier plein d’aspirations et un ami des travailleurs”,  a-t-il souligné.

Evoquant un “frère” et un “compagnon de route de plus de 22 ans”, Kamel  Amarni, journaliste au Soir d’Algérie et secrétaire général du Syndicat  national des journalistes (SNJ), a regretté la perte d’une personne qui lui  laissera un “grand vide”.  “C’était quelqu’un qui avait le sens du contact, très sociable et estimé  par tout le monde. Des qualités qui ont contribué à son parcours  professionnel qui n’est pas à présenter”, a-t-il poursuivi.

Mohand Aziri, journaliste au quotidien El Watan, a témoigné, quant à lui,  de “la disponibilité permanente” du défunt qui a consacré de son temps et  de son expérience pour aider les jeunes générations de journalistes.

Décédé vendredi suite à un malaise cardiaque, Abderrahmane Bettache, dit  Youcef, (53 ans), marié et père de trois enfants, a exercé à  “Algérie Sport” avant de rejoindre le quotidien l’Opinion, et depuis 1995,  il exerçait au Soir d’Algérie.  Il avait également animé une émission politique sur la chaîne TV privée  Ennahar.

- Publicité -