Ils procédaient au recrutements de "cadres proches" qu’ils ont installé à la tête des directions stratégiques. Photo: DR
- Publicité -

Ces changements opérées depuis ce matin, augurent d’une “purge”du clan Tliba

De source proche du dossier l’on vient d’apprendre  ” le limogeage du PDG du groupe Imetal, Abdelhakim Maouche, PDG qui sera remplacé par Bousslama Tarek, ancien directeur général de Translob, groupe industriel public spécialisé dans la transformation de l’acier”.

C’est là une décision, ” prise ce matin à Alger vers midi, et pour laquelle Youcef Yousfi, ministre de l’Industrie et des Mines, est derrière ce remaniement “, assurera notre source qui ajoutera que ” d’ autres décisions sont prises au niveau du complexe pour une purge du clan Baha ( Baha Eddine Tlaiba) “.

Notons que cette décision intervient à quelques heures de la contestation, que nous avons publiée sur notre site d’information, organisée ce matin par les 1500 cadres et travailleurs du complexe sidérurgique d’El Hadjar-Annaba, qui conteste la crédibilité de l’actuel syndicat d’entreprise dans la mesure où son mandat a expiré en 2016, mais aussi et surtout l’ingérence Baha Eddine Tlaiba, député FLN de la wilaya de Annaba, dans la gestion interne du syndicat voire de l’entreprise.

Retrait de confiance, dimanche, au syndicat du complexe El Hadjar

De plus à cette annonce de choc, notre source nous apprendra également que ” dimanche prochain dans la matinée, les travailleurs du complexe d’El Hadjar tiendront une AG ( Assemblée générale) en vue de procéder au retrait de confiance du pseudo syndicat de Tlaiba “. Il s’agit de ” Nourddine Amouri, un parmi les protégés de Tlaiba “, relèvera la même source.

A ce sujet, à une question sur le rapport syndicat complexe El Hadjar – Tlaiba, notre source remontera les faits et indiquera que ” Baha Eddine Tlaiba, avec la complicité de Mohamed Tayeb Hemarnia ex-membre du secrétariat national de l’UGTA chargé de l’organique, a installé son cousin Amouri à la tête du syndicat d’ entreprise “. ” Ensuite, poursuivra notre interlocuteur,  ils ont procédé à des recrutements de cadres proches qu’ils ont installé à la tête des directions stratégiques “. A titre d’exemple, il citera ”  le directeur des ressources humaines ( ex-directeur de Fnpos annaba ), le directeur de la sécurité interne (un ancien militaire), la directrice des communication (ex-directrice d’Algérie télécom Annaba) et beaucoup d’ autres “. ” Tous sont des proches au service de Baha “, a assuré notre source. Et d’ajouter que ” les syndicalistes qui ont osé dénoncer ces dépassements ont été licenciés leur poste de travail et suspendus des activités syndicales par l’UGTA ». ” Comme c’est le cas de Daiffallah Mourad et kechichi daoud “, précisera-t-elle.

- Publicité -