Les résidents dénoncent les conditions de la reprise du travail, salaires gelés, ...Photo. S. El Haddad
- Publicité -

Une centaine de médecins résidents ont pris part ce matin au sit-in organisé au CHU Mustapha-Pacha par le Collectif autonome des médecins résidents algériens (CAMRA).

Le calme entre le Hasbellaoui et les médecins résidents n’a pas duré longtemps. Apres plus de 20 jours de gel de la grève et la repris du travail en réponse directe aux promesses du ministre, les résidents ont organisé un sit-in ce matin pour dénoncer “les conditions de reprise du travail ainsi que l’ignorance et le peu de considération que porte le ministère de la santé  a leurs actions et a leurs revendications”, nous affirme le porte parole national et officiel du Collectif autonome des médecins résidents algériens(Camra) , Hamza Boutaleb présent à ce sit-in qui s’est déroulé dans une atmosphère calme malgré la préséance d’un dispositif important des forces de l’ordres a la sortie du CHU Mustapha et devant la grande poste en cas d’une marche en dehors de l’hôpital.

Il explique que dans la majorité des CHU du pays, les résidents qui avaient adhéré a la grève , après le gel de cette dernière et la reprise du travail « ont été mis a l’écart et ont été privé de leur fonctions d’apprentissage et dans certain service ils subissent quotidiennement des menaces et intimidations en tout genre par certain chef de service », relate Boutaleb, ajoutant que c’est les chefs de services qui se «  vengent des résidents ne perdent rien pour attendre ».

En ce qui concerne les salaires , Boutaleb  a indiqué que les résidents n’ont pas été payer durant les 8 mois de débrayage et même après la reprise du travail , dans certain CHU du pays , comme est le cas au CHU de Mustapha pacha , les résidents n’ont pas touché leur salaires .

De son coté Mouhemed Taileb , représentant du CAMRA  dans la wilaya d’Alger, a dénoncé « le manque de sécurité , ainsi que les conditions du travail qui ne se sont pas améliorées même après plusieurs mois de grève » . Il ajoute que la reprise du travail s’est déroulée dans « de mauvaises conditions ».  Certain résidents, ajoute -il,  ont vu leur travail réduit à de simple tâches , comme remplir des fiches et rester au bureau du secrétariat ».

Questionné sur un retour  éventuel a la grève, Taileb a assuré que « On vas milité sur le plan des sit-in ,on organisera d’autres dans les jours a venir mais en ce qui est du retour a la grève , pour le moment, c’est éloigné. On attend que le ministre de la santé tient a sa promesse et qu’il organise une réunion avec nous pour trouver une solution à notre situation ».

Au sujet de l’examen de fin de spécialisation (DEMS) et les conditions du déroulement de ce dernier, Taileb a indiqué que « dans certaine spécialités les professeurs ont fait dans le « sabotage » des étudiants leur attribuant un zéro à l’examen sans possibilité de bénéficier d’aucune session de rattrapage ». Il s’est demandé  « que cherchent-ils ? Est-ce de la provocation ? On ne sait pas ».

Pour rappel, les médecins résidents revendiquent essentiellement « l’annulation du caractère obligatoire du service civil, la dispense du service national, la garantie d’une meilleure formation pédagogique et la révision des statuts ». Des revendications que le ministère de la santé tarde a satisfaire.

 

 

 

- Publicité -