Il s'agit de la plus importante prise d'otage depuis l'enlèvement, le 12 juin 2015, des dix agents consulaires par une milice armée. Photo: DR.
- Publicité -

Quatorze Tunisiens ont été avant-hier par des éléments armés libyens à la périphérie de la ville de Zaouïa (48 km à l’Ouest de Tripoli), ont indiqué le ministère des Affaires étrangères tunisien.

Le chef de la diplomatie tunisienne a indiqué qu’il suivait de près la situation des ressortissants tunisiens travaillant en Libye qui ont été enlevés jeudi matin par des éléments armés libyens à la périphérie de la ville de Zaouïa.

Le ministre des Affaires étrangères, aussitôt informé de l’incident, a immédiatement pris contact avec son homologue libyen pour souligner la nécessité d’œuvrer à assurer la sécurité des détenus, d’accélérer leur libération et de garantir leur retour en toute sécurité“, a précisé le ministère dans un communiqué publié hier soir.

Et d’ajouter que le consulat général de Tunisie à Tripoli poursuivait également ses contacts avec les autorités libyennes compétentes afin de “mettre fin à cette crise sans retard“.

Selon le militant tunisien des droits humains Mustapha Abdelkebir, cité par l’AFP, les ravisseurs réclament la libération d’un de leurs proches détenu en Tunisie, et des négociations sont en cours.

Il s’agit de la plus importante prise d’otage depuis l’enlèvement, le 12 juin 2015, des dix agents consulaires par une milice armée qui voulait arracher la libération d’un de ses chefs, Walid Glib, détenu en Tunisie dans le cadre d’une enquête pour “terrorisme“. Les Tunisiens avaient été libérés au bout de quelques jours et Walid Glib avait finalement été expulsé vers Tripoli. Depuis, le consulat tunisien en Libye a été fermé.

- Publicité -