Medouar lâché par ses collègues. Photo: DR
- Publicité -

Les membres du bureau exécutif de la LFP ont décidé de geler leurs activités et de protester contre le fait qu’il ne les consulter pas dans certaines décisions très importantes.

 Le président de la Ligue professionnelle de football, Abdelkrim Medouar, est dans de sals draps, après le vent de la contestation qui a soufflé ces derniers jours, surtout après les déclarations du président de la JSK, Cherif Mellal qui l’a qualifié d’ʺincapableʺ après la déprogrammation du match qui devait opposer son équipe à l’autre co-leader, l’USM Alger. Mellal avait même levé le voile sur certaines facettes de sa vie publique et privée en affirmant qu’il prenait ses décisions dans des salons de ʺchichaʺ.  Toutefois, le vent de contestation est venu cette fois-ci de l’intérieur de sa demeure avec cette fronde des membres du bureau exécutif de la LFP.   Ainsi, une réunion s’est tenu à El Eulma entre ces membres qui ont décidé de geler leurs activités en guise de contestation aux décisions ʺunilatéralesʺ prises à chaque fois par le premier responsable de la LFP, Abdelkrim Medouar qui ne les consulte pas surtout quand il s’agit de décisions très importantes, comme la programmation des matchs des deux divisions professionnelles. Ainsi, il semblerait que l’affaire de la programmation du classico entre l’USM Alger et la JS Kabylie qui a été reportée sans aucune raison valable a été pour beaucoup dans ce vent de contestation des membres du bureau exécutif de la LFP. Nous avons décidé de geler nos activités au niveau de la LFP. Il ne  s’agit pas d’une démission collective, nous sommes toujours en poste.

Nous  contestons la manière de gérer prônée par Medouar, qui ne nous implique pas  dans ses décisions, ce qui est inadmissible. Il a reporté le match USMA-JSK  sans prendre la peine de nous faire savoir, alors qu’il a avait juré de ne  pas le reporter. Dès mercredi, nous allons saisir le président de la  fédération algérienne (FAF) pour essayer de trouve une solution à ce  problème”, a affirmé à le membre du bureau exécutif Akli Adrar. Outre Adrar, cette réunion tenue à El-Eulma a vu la présence de deux autres membres : Djamel Messaoudene et Mabrouk Harrada, alors que Farouk  Belguidoum et Mohamed Boualem, retenus par des obligations, n’ont pu faire  le déplacement, mais tout en donnant leur accord à la démarche décidée par  leurs pairs, précise la même source. “Il ne s’agit pas d’un complot contre Medouar, qui est loin d’être notre  ennemi, mais il fallait secouer un peu les choses, d’autant que nous ne  cautionnons pas sa politique de gestion. Il devait restructurer la LFP mais  il ne l’a pas fait : il n’existe ni un secrétaire général, ni encore un  vice-président”, a-t-il ajouté. Avant d’enchaîner : ʺNous sommes disposés à travailler de nouveau avec  Medouar à une seule condition, faire preuve de bonne foi, et nous impliquer  davantage dans ses décisions ʺ.

- Publicité -