"Notre jeunesse, suffisamment instruite grâce aux réformes et l'intérêt dont il a toujours bénéficié de la part du président de la république". Photo : S. El Haddad.
- Publicité -

Depuis Annaba, Tayeb Louh, ministre Justice, Garde des Sceaux, saluant “l’exemplarité de la jeunesse algérienne”, met en garde contre “toutes tentatives subversive et attentatoire au pays”.

Des “complots” et des “tentatives” qui seraient tissés contre l’Algérie en vue de percer le “mur national” et de” détruire notre union” et contre lesquels “nous devons faire attention”, a prévenu ce matin, le ministre de Justice, en marge de l’ouverture de la 14 ème édition de l’Université notariat d’Afrique qui se tient jusqu’au 3 mars à Annaba. Ainsi, assurant être parfaitement “conscient des visées de ces tentatives”, il affirmera que “nous leur ferons face”.

Par ailleurs, sur les marches et autres les manifestations qu’a connus la rue algérienne ces derniers jours, notamment celle des étudiants, Tayeb Louh dira : “La jeunesse algérienne sait faire la différence entre le vrai et distingue l’original du frelaté. Les jeunes algériens ont exprimé leurs avis de manière civilisée”.

De ce fait, qualifiant d’ “exemplaire” la “conduite de la jeunesse algérienne notamment, en des situations de diversification de choix politique”, il ajoutera à propos du scrutin présidentiel  du 18 avril prochain que “seule la volonté du peuple pourrait décider des suites à donner en toute transparence et crédibilité, et ce, à travers un mécanisme démocratique connu de tous: les élections en l’occurrence“.

Une échéance électorale, poursuivra-t-il, qui permettra à la jeunesse algérienne de faire son choix “en toute liberté” et “de manière civilisée”.

Et pour cause, soutiendra le ministre de la Justice, “notre jeunesse, suffisamment instruite grâce aux réformes et l’intérêt dont il a toujours bénéficié de la part du président de la république, est assez mature pour faire la distinction entre ce qui est authentique et intrus“.

C’est là, “une prise de conscience”, enchaînera-t-il “qui met notre jeunesse à l’abri de toutes tentatives subversive et attentatoire au pays, ou bien de la nature à freiner son ambition d’aller de l’avant dans la poursuite des réformes et la consolidation de l’encrage démocratique“.

Ce qui fera dire au ministre de la Justice, qui rappellera les efforts du président Bouteflika pour la réforme en profondeur de son secteur, que les élections du 18 avril prochain, sont “une nouvelle phase” que le pays s’apprête à accueillir “dans son processus d’évolution où il est attendu l’approfondissement des acquis obtenus sous la gouvernance judicieuse de l’Etat”.

Ceci avant d’annoncer la préparation en cours, par son département ministériel, de la charte de déontologie pour le métier de notariat, en collaboration avec la Chambre nationale des notaires.

- Publicité -