- Publicité -

La sûreté de la wilaya d’Alger “défend catégoriquement” les allégations colportées dans un enregistrement vidéo diffusé sur les réseaux sociaux selon lequel quatre citoyennes auraient été victimes de maltraitance au commissariat de Baraki, et ce après leur arrestation samedi dernier lors des manifestations à la Grande Poste-Alger.

La sûreté de la wilaya d’Alger dément catégoriquement les allégations contenues dans un enregistrement vidéo (…) selon lesquelles quatre citoyennes ont subi des maltraitances “, au commissariat de Baraki, affirme en effet le communiqué de la Sûreté nationale.

S’agissant de la fouille poussée dont ont fait l’objet les militantes, la police dira : “les quatre femmes ont été soumises à une fouille corporelle, en présence d’une policière. Une procédure conservatoire vise à délester la personne de toute matière ou outil qu’elle utilise contre elle-même ou un tiers”, explique le communiqué, avant d’ajouter que les militants arrêtés à savoir ” les quatre jeunes filles et six hommes ont été tous libérés dans des conditions normales” à la suite de cette procédure.

Aussi, pour la Sûreté nationale, “ces allégations dénuées de tout fondement n’ont pour objectif que de ternir l’image des services de sécurité nationale qui veillent au strict respect des lois de la République, des droits de l’homme et de la dignité des citoyens”, conclut le communiqué de la Sûreté nationale.

- Publicité -