Une série de raids aériens israéliens contre la bande de Ghaza, qui se poursuit depuis vendredi a fait neuf morts et 60 blessés parmi le peuple palestinien,. Photo : DR.
- Publicité -

La situation en Palestine ne s’apaise pas. Ghaza  est le théâtre ces derniers jours d’une énième escalade des tensions depuis la guerre meurtrière de 2014.

Une série de raids aériens israéliens contre la bande de Ghaza, qui se poursuit depuis avant-hier a fait neuf morts et 60 blessés parmi le peuple palestinien, suscitant l’inquiétude internationale et celle de l’Autorité palestinienne qui a appelé l’ONU à intervenir d’urgence pour mettre fin aux violations de l’occupation.

Le gouvernement palestinien a ainsi exprimé, dans un communiqué de presse officiel sa profonde préoccupation devant l’escalade israélienne contre le peuple palestinien dans la bande de Ghaza, appelant les Nations  unies à intervenir «rapidement» pour faire cesser les agressions aériennes israéliennes. Il a condamné les «attaques contre des civils et le bombardement des infrastructures de Ghaza», soulignant qu’Israël avait pour objectif de  maintenir l’enclave dans un état de tension permanente pour entraver les efforts de reconstruction et de développement.

En réponse à cette agression, la Ligue arabe a demandé à l’ONU et aux comités des droits de l’Homme d’assumer leur pleine responsabilité dans la protection des Ghazaouis, et exhorter Israël à arrêter l’agression qui ne respecte pas l’Accord de Genève 4 et de ses engagements.

A Bruxelles, l’Union européenne (UE) a appelé à la retenue, ajoutant soutenir «les efforts déployés par l’Egypte et l’ONU pour calmer la situation». Le Coordinateur spécial de l’Onu chargé pour la paix au Moyen orient, Nicolai Mladinov, a exprimé, pour sa part, sa profonde préoccupation quant à la nouvelle escalade de violence contre la population de Ghaza et les  pertes humaines causées, appelant toutes les parties à la retenue et au calme et le retour à la table des négociations.

En outre, la Jordanie a souligné la nécessité de mettre fin «dans l’immédiat» à l’agression israélienne et respecter le droit international, mettant en garde contre les conséquences de cette escalade sur l’enclave palestinienne. De son côté, le président turc, Recep Tayyip Erdogan a «fermement» condamné la destruction par un bombardement de l’aviation israélienne d’un immeuble à Ghaza accueillant les locaux de l’agence de presse turque  Anadolu. «Nous condamnons fermement l’attaque d’Israël contre le bureau de l’agence Anadolu à Ghaza», a déclaré M. Erdogan sur Twitter. En dépit de ces attaques, la Turquie a assuré que l’agence Anadolu continuerait d’informer le monde au sujet du terrorisme et des atrocités qu’Israël commet à Ghaza et ailleurs en Palestine.

- Publicité -