Les responsables de la DGSN souhaitent mettre fin à ce phénomène. Photo: DR
- Publicité -

La direction générale de la sûreté nationale a décidé de ce plan suite à l’enquête menée dans les incidents qui ont suivi le match entre le CABBA et le MCA.

De nouvelles recommandations seront transmises  incessamment aux différentes instances, chargées de la programmation et de  la direction des matchs de football, pour ʺéviter des incidents similaires  à ceux qui avaient suivi le match de samedi dernier, entre le CABBA et le MCAʺ, selon la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), qui ne précise pas néanmoins quel genre de mesures seront prises pour mettre fin à cette violence qui gangrène notre football et qui est devenu un véritable fléau qui entache la balle ronde nationale, surtout que ces terrains sont transformés carrément en arènes. A souligner qu’une en quête avait été déclenchée par les services de sécurité et que des joueurs, de mêmes que des dirigeants du ʺDoyenʺ ont été entendus par le procureur de la République à Bordj Bou Arreridj. C’est certainement sur la base de ces interrogatoires que la DGSN a décidé d’un plan pour combattre la violence dans les stades, sachant qu’elle a prit de propensions trop dangereuses lors de ce match qui avait opposé le club bordjien aux algérois du MCA.

A rappeler que des recommandations avaient été émises par différentes instances et notamment la FAF et le MJS au lendemain de la mort de l’attaquant  camerounais de la JSK, Albert Ebossé à la fin du match face à l’USMA il y a deux ans et notamment la mise en place de caméras de surveillance dans les stades pour identifier les ʺfouteurs de troubleʺ afin de faciliter leur arrestation avant de les lister sur un fichier de supporteurs violents à bannir des stades. Toutefois, ces recommandations sont restées lettre morte, tout comme ceux qui avaient été mises lors de séminaires auxquels avaient participé des membres de comité de supporteurs, anciens dirigeants et autres acteurs de la balle ronde nationale. Les observateurs du football national pensent qu’il faut une intervention de choc pour mettre fin à ce phénomène qui gangrène notre football.

 

 

 

- Publicité -