"continuité économique ". Photo: S. El Haddad.
- Publicité -

L’économie ne pouvant échapper à la politique, Abdelmoumen Ould Kaddour, PDG de Sonatrach, réagit à la candidature du chef l’Etat à la présidentielle du 18 avril 2019. Y voyant aussi une continuité du développement économique, il dira que “c’est du bénéfice net”.

Avec la candidature du Président Bouteflika au scrutin présidentiel d’avril 2019, nous allons continuer sur le même rythme de développement”, car “le fait d’avoir une continuité politique, il y aura une continuité économique” et “cela ne peut être que du bénéfice net”. C’est là une déclaration faite tout à l’heure par Abdelmoumene Ould Kaddour, PDG de Sonatrach au siège de sa direction générale.

A ce titre, dans un point de presse tenu à l’issue de la signature d’un contrat avec l’entreprise indienne LARSEN & TOUBRO ‘LTHE Limited”portant sur la réalisation de trois nouvelles installation de traitement et de compression du gaz dans les champs Sud-Ouest du pays, Ould Kaddour interrogé sur l’impact de la candidature du chef de l’Etat annoncée hier, aux présidentielles du printemps prochain, dira que “définitivement, avec l’annonce de la candidature du Président (Bouteflika) nous allons aller encore plus dans le développement du secteur des énergies tout en le différenciant par rapport à avant où l’on produisait, consommait et vendait du pétrole et du gaz, maintenant on veut transformer. La transformation en elle-même a apport énorme“.

Aussi, poursuivra-t-il, “nous allons continuer à produire, à exporter et surtout à transformer”. Et de rappeler à ce sujet le contrat signé avec le groupe français Total pour la réalisation d’une des plus grandes usines au monde de pétrochimie, la finalisation du contrat avec les Turcs, et les discussions ont commencé pour le vapo-craqueur de Skikda qui indéniablement apporter un plus important”.De ce fait, pour le PDG de Sonatrach, “donc cela (cette candidature) ne peut être que du bénéfice net ».

La modulation, un nouveau concept adopté par Sonatrach

S’agissant du contrat objet de signature, AOK dira que “c’est un contrat très important dans la mesure où il concrétise notre stratégie d’augmenter nos capacités de production, de vente et de transformation du gaz”.

Introduisant le nouveau concept de modulation, grâce au recours à des modules standarisés pour la réalisation des trois nouvelles installations de traitement et de compression du gaz et ce dans la perspective de développement des champs gaziers sud-Ouest en l’occurence Hassi Ba Hamou & Reg Mouaded, Hassi Tidjerane et Hassi Tidjerane Ouest, Tinerkouk et Tinerkouk ouest respectivement dans les wilayas d’Adrar, Ghardaïa et El Bayadh, “chaque partie de l’usine est transportable faisant qu’une fois le travail sur un champ terminé on pourra transporter les installations vers d’autres champs à exploiter”, expliquera-t-il.

Ce qui, relèvera-t-il, permettra essentiellement de réduire le temps de réalisation comparativement aux installations classiques ainsi que le coûts d’investissement. Pour le PDG de Sonatrach, “ce sont des concepts nouveaux qui demandent du temps pour une parfaite maitrise”, mais c’est aussi l’ “image des progrès que Sonatrach effectue pour réaliser l’objectif qu’elle s’est astreinte de figurer parmi les cinq meilleures entreprises au monde”.

En outre, de ce projet confié à la société indienne LARSEN & TOUBROU ‘LTHE Limited’ pour montant global de 122 milliards de dinars, dont la livraison définitive est attendue pour juin 2024, il est attendu notamment la réalisation des études d’engineering de détail, l’approvisionnement et la livraison de la fourniture, la construction et le montage du site, les essais et mise en service des installations, la spécialisation du personnel de Sonatrach travaillant dans ces installations et enfin l’assistance à l’exploitation.

De plus, s’inscrivant en droite ligne de l’objectif du groupe national pétrogazier d’augmenter les capacités de production de gaz, ces installations une fois en service assureront une production journalière de gaz de vente d’environ 11millions Sm3/jour, soit 4 milliards Sm3 de gaz durant les huit premières années de service. Laquelle production sera injectée dans le futur pipeline GR7 du réseau TRC. Par ailleurs, elles assureront également une production de condensat, destinée à la consommation locale, estimée à 170 bbl/jour.

A ce propos, Ould Kaddour ne manquera d’affirmer que « produire plus de gaz veut dire que nous avons encore des réserves, contrairement à ce qu’affirment certains, inauguré le champ de Touat qui a trainé un peu comme c’est malheureusement le cas de beaucoup de nos installations il y a encore des progrès a réaliser dans la gestion des projets chose qui viendra avec la professionnalisation de sonatrach le concept de la stratégie SH 2030 fait que nous sommes de plus en plus orientés vers la performance ».

- Publicité -