L'unité de production d'azote liquéfié opérationnelle durant ce premier trimestre de l’année. Photo: S. El Haddad
- Publicité -

L’unité de production d’azote et d’oxygène liquéfiés de Ouargla, appartenant à Calgaz Algérie, leader national des gaz industriels et filiale du groupe algérien privé K3A, a fait l’objet d’une visite hier, du PDG de Sonatrach, lors de son déplacement dans cette wilaya et celle d’Illizi.

Calgaz Algérie, société leader national des gaz industriels, outre d’intervenir dans les industries médicales et pharmaceutiques, ainsi que l’agro alimentaire et l’industrie de la sidérurgie, se veut désormais un outil national d’appui à l’industrie pétrochimique. Pour cela, deux unités de production d’azote seront prochainement mises en service à Laghaout et Ouargla.

L’unité de production d’azote et d’oxygène liquéfiés de Ouargla, appartenant à Calgaz Algérie, leader national des gaz industriels et filiale du groupe algérien privé K3A, a fait l’objet d’une visite hier, du PDG de Sonatrach, lors de son déplacement dans cette wilaya et celle d’Illizi.

Pour Abderahmane Kharchouch, PDG de Calgaz Algérie, il s’agit de proposer au groupe Sonatrach ses produits, notamment l’azote liquéfié, en vue contribuer à la satisfaction d’une partie des besoins des unités du groupe Sonatrach. Dans le secteur des hydrocarbures, gros consommateur d’azote liquéfié, ce produit intervient essentiellement dans la pétrochimie et dans la régénération des puits pétroliers. Ainsi, même si sur place aucun engagement officiel n’a été exprimé ni de la part de Sonatrach ni de Calgaz, des sources à même du dossier affirment toutefois que “des négociations sont en cours entre les deux parties en vue d’un accord de partenariat”.

D’un investissement privé estimé entre 25 et 30 millions d’euros l’une contracté notamment auprès de la BNA, Calgaz Algérie a réalisé deux unités de production d’azote et d’oxygène liquéfiés dans les wilayas de Laghouat dont le démarrage est prévu pour fin janvier, et de Ouargla qui, elle sera en service durant ce premier trimestre de l’année. Fonctionnant avec un process de production de dernière génération, ces deux sites disposent d’une capacité de production journalière de 200 tonnes chacune.

L’objectif étant d’être au plus proche des zones pétrolières et gazières du Sud du pays afin d’alimenter les opérateurs de ces secteurs stratégiques en azote liquéfié, un gaz indispensable pour les activités de forage et de production d’hydrocarbures ainsi que pour l’alimentation des industries pharmaceutique et agroalimentaire. A ce propos, Mme Tessa Hammou, directrice commercial et marketing à Calgaz Algérie indiquera que ces deux unités sont une réponse à une étude de marché effectuée par Calgaz, il a été constaté que beaucoup d’opérateurs insatisfaits du manque de ce produit (azote) dans le sud ».

Pour 2019, Calgaz Algérie procédera à l’installation de deux autres unités de production de gaz industriels de même capacité à Adrar et In Amenas dans la wilaya d’Illizi. Un autre site de production, doté d’un centre d’embouteillage, est en projet à Mascara. Il sera destiné à l’alimentation en produits gazeux sous-pression pour l’industrie, l’agro-alimentaire ainsi que le secteur médical.

Par ailleurs, outre des équipements de stockages variant entre 60 000 à 100 000 litres qu’elle propose à ses partenaires pour une meilleure autonomie, Calgaz Algérie dispose également d’une flotte de distribution importante pour l’acheminement de ses produits sur les sites de ses clients.

De ce fait, à travers ces multiples investissements, Calgaz Algérie vise à atteindre une capacité de production de 1000 tonnes/jours dès le début 2020. Une capacité qui effectivement lui permettra de véritables s’imposer sur le marché national dominé par une présence étrangères. Lesquels investissements lui permettront également à court terme de s’engager à l’export notamment vers le marché africain.

- Publicité -