Notre société est certifiée selon les standards de la qualité et du respect de l’environnement, à savoir, ISO 9001, ISO 14001 et OHSAS 18001. Photo: DR
- Publicité -

Dans cet entretien accordé à Algérie Online, Abdelhamid Mazri, PDG de Transmex, fait la lumière sur une activité nodale pourtant méconnue du grand public : le transport exceptionnel. Il explique comment TRANSMEX, une des filiale du groupe Sonelgaz est aujourd’hui une référence auprès des professionnels de l’énergie, de l’industrie ou de la pétrochimie, mais aussi évoque les principales contraintes de cette activité, en dépit des quelles il reste optimiste pour une externalisation de sa société tant au Maghreb qu’en Afrique.

Algerieonline: Vous revenez d’un 3ème déplacement en Mauritanie. A-t-il était concluant ?

Abdelhamid Mazri: nous revenons effectivement d’un 3ème déplacement depuis la Mauritanie en l’espace de deux mois, il intervient dans le cadre de la septième assemblée générale du COMELEC, comité maghrébin de l’électricité. Concernant notre société, notre présence en Mauritanie est motivée, d’une part, par faire du Marketing, faire connaitre notre société TRANSMEX, nos métiers, nos capacités et nos réalisations devant un parterre de professionnels du secteur de l’Energie. D’autre part, de prospecter des opportunités d’affaires qui pourront s’offrir à nous, dans ce pays voisin.

Sinon, nous sommes actuellement en négociation avec certains opérateurs Mauritaniens, avec lesquels, nous discutons très sérieusement sur des possibles partenariats d’avenir, et nous y tenons à les concrétiser pour le Marché Mauritanien voire celui des pays de l’Afrique de l’Ouest.

Comment évaluer aujourd’hui, le poids du marché du transport exceptionnel en Algérie?

En règle générale, nous considérons que la logistique joue un rôle primordial dans une économie d’un pays, celle-ci permet de faire aboutir le produit ou le service au client. Dans notre domaine d’activité, la logistique du transport exceptionnel vient en amont des scoops industriels (projets structurants). En effet, sans cette activité qui intègre, l’ingénierie du transport et de la manutention, le transit et le dédouanement des équipements et l’acheminement des équipements, il est difficile d’imaginer la construction de scoops industriels (projets structurants). Pour illustrer l’importance du transport exceptionnel, il faut savoir qu’il représente 2 à 3% du montage financier d’un projet industriel.

Quelle en est la part de Transmex et dans quel segment particulièrement ?

Aujourd’hui TRANSMEX est considéré comme étant le leader en Algérie du transport exceptionnel. Nous estimons nos parts de marché à plus de 45 % du marché global national. En termes de chiffres, de l’ordre plus de 6 milliards DA avec une année record (2015) de 3 milliards de DA, pour un marché global de plus de 14 milliards de DA.Notre flotte parcourt moyennement plus de 3 millions de kilomètres par an. Nous transportons en moyenne plus de 89 000 Tonnes annuellement et nous manutentionnons également une moyenne de 36 000 tonnes/an.

En dehors de Sonelgaz et de Sonatach, Transmex a contribué efficacement aux plus importants projets du pays dont la réalisation de l’ensemble des centrales électriques et à la quasi-totalité des postes électriques du pays, à la réalisation de complexes industriels et pétrochimiques à l’instar de la raffinerie de Sidi R’zine, des projets industriels tels que les cimenteries,les chemins de fer (trains, métros, tramways).      

Quels types de produits transportez-vous?

Les équipements électriques et industriels essentiellement. Toutefois, le transport exceptionnel étant en léger déclin, vu que les grands projets engagés sont aujourd’hui en finition, en termes de diversification, nous avons endossé depuis une année, le transport des produits pétroliers, comme le transport de carburant pour le compte de Naftal. Ce qui représente véritablement, pour Transmex un relais de croissance et une poche de diversification.

Quelles sont les entraves auxquelles vous faites face?

Les principales entraves qui freinent notre activité sont celles liées à la route, c’est-à-dire les obstacles d’infrastructures que rencontrent nos convois exceptionnels (ouvrage d’art, portiques…) une partie de notre mission, est justement, de trouver les meilleures solutions de contournement de ces derniers soit en empruntant un autre itinéraire, soit en réalisant des travaux d’aménagement pour le contournement de l’obstacle et permettre le passage du convoi.

Par ailleurs, la concurrence est déloyale, fait qu’aujourd’hui le marché est devenu, de plus en plus difficile. Nous avons des concurrents essentiellement nationaux qui sont soient, dans le transport ou dans le levage alors que Transmex est dans les deux segments. Au moment où, telle que l’indique la réglementation en vigueur, Transmex travaille en essieu/jour qui est l’unité de transport exceptionnel, pratiquement tous nos concurrents travaillent en tonne kilométrique à des tarifs souvent au rabais.

Sur un autre registre et puisque nous parlons d’internationalisation de nos activités, les deux principales difficultés qui nous empêchent d’exercer en dehors de l’Algérie sont l’absence de canaux bancaires et la qualité des infrastructures routières, ainsi que l’absence d’accompagnement en matière de subvention aux profits des transporteurs.

Alors comment faire pour être plus compétitif lorsque l’on sait que la logistique d’une manière générale est l’un des maillons faibles à l’export ?

Concernant notre secteur d’activités, nous pourrons être très compétitifs avec la levée des obstacles cités en haut.Le développement des infrastructures routières vers la Mauritanie par exemple, nous permettra de créer des représentations régionales en premier temps au niveau des zones frontalières (Tindouf), ce qui nous permettra de réduire considérablement les délais d’intervention, les coûts et par conséquent être compétitifs sur le sol Mauritanien.

Quels sont les chiffres phares de Transmex en 2018?

Nous prévoyons de clôturer l’exercice 2018 avec quelques 2,5 milliards DA de chiffre d’affaires.  Lequel chiffre d’affaires est segmenté à 25% avec les filiales de Sonelgaz, et 75% avec des clients externes dont plus de 90 % avec des étrangers.Nous avons investi durant cet exercice principalement dans les attelages (remorque-citerne) pour développer notre segment de transport de carburant et de produits pétroliers, et dans les tracteurs de différents tonnages, les chariots élévateurs, les remorques, les grues…Aussi, pour une meilleure proximité et écoute client, nous avons entamé la réalisation de notre programme infrastructures, des représentations régionales au niveau de Relizane et de M’Sila, voire Skikda dès acquisition du terrain. Par ailleurs, la société s’est structurellement réorganisée pour mieux répondre aux nouvelles exigences du marché de la logistique.

En termes de chiffres nous vous précisons que TRANSMEX a consenti un investissement de plus de 860 millions de DA, soit plus de 40% de son chiffre d’affaires, dans les moyens de transport et de manutention. En 2019 les investissements de notre société qui compte près de 350 Collaborateurs, vont connaitre un bond considérable, pour se situer à hauteur de 1,6 milliards de DA, soit 70% de notre chiffre d’affaires 2019, et ce dans le seul souci d’anticiper le Marché et de maintenir notre position de leader du transport exceptionnel en Algérie.

Enfin permettez-nous de rappeler que notre société exerce ses activités tout en étant certifiée selon les standards de la qualité et du respect de l’environnement, ainsi que le référentiel relatif à la santé et à la sécurité au travail à savoir, ISO 9001, ISO 14001 et OHSAS 18001.

- Publicité -