la publication de cette nouvelle loi, qui va mettre fin de manière rapide et efficace à beaucoup de contraintes techniques, et combler le vide juridique constaté et vécu". Photo : DR.
- Publicité -

Après avoir appelé à la mise en place de mesures “urgentes” garantissant aux  pharmaciens l’exercice de leur fonction “en toute sécurité“, le SNAPO , Syndicat national algérien des pharmaciens d’officine, passe à une vitesse supérieure pour annoncer la tenue d’un sit-in le lundi 20 mai devant le siège du ministère de la Justice.

La raison de cette action de protestation est que nous dira Abdelhak Zefizef, vice-président national du SNAPO, est que ” nous appelons à ce que le ministère de la Justice publie les modifications portées sur la loi 04-18 qui incriminait le pharmacien dans la vente (détournée) des psychotropes “.

“C’est un amendement pour lequel le SNAPO a appelé depuis 2016, la loi revisitée est prête sauf qu’elle reste au fond des tiroirs “, ajoutera-t-il.

En effet, la situation des pharmaciens dans la gestion des ventes des psychotropes est pour le moins que l’on puisse dire délicate. Et pour cause, le pharmacien, du point de vue légal et réglementaire, est le seul habilité à détenir ces médicaments (psychotropes) en vue de leur dispensation aux malades. Sauf qu’au quotidien le pharmacien se trouve confronter non seulement à des problèmes de sécurité (agressions, effractions, vols et casses…), mais aussi à des sanctions pénales particulièrement lors des détournements d’usage de ces psychotropes et autres médicaments destinés au traitement de la douleur.

C’est pour palier à cette situation devenue insupportable pour les pharmaciens que nous lançons, encore une fois,  un appel pressant à Monsieur le ministre de la justice pour la promulgation et la publication de cette nouvelle loi, qui va mettre fin de manière rapide et efficace à beaucoup de contraintes techniques, et combler le vide juridique constaté et vécu“, ajoutera notre interlocuteur.

Ceci avant de mettre en garde contre “une journée de  débrayage prévue pour le 29 mai si le sit-in du 20 ne sera pas suivi de réponse concrète”.

Le SNAPO compte recourir à l’organisation, le 20 mai, d’une journée de protestation devant le ministère de la Justice, puis à une grève le 29 du même mois et, enfin, à l’abandon définitif de la vente de psychotropes“, conclura-t-il.

- Publicité -