Filali Ghouini a appelé "l'ensemble des Algériens notamment les jeunes manifestants à se structurer au sein d'espaces représentatifs, partisans, syndicaux ou associatifs, afin d'assurer leur représentation dans la conférence nationale proposée, pour défendre les revendications soulevées", Photo/DR
- Publicité -

Il est temps pour l’élite politique du pays d’agir et d’œuvrer pour l’unification des rangs en cette conjoncture actuelle”, et que des réponses soient données “rapidement aux aspirations des jeunes” pour arrêter le phénomène de la harga. Ce sont là des déclarations de Filali Ghouini, président du Mouvement El-Islah El-Watani qui depuis de Bouira où il présidait une rencontre avec les cadres locaux du parti, a réitéré son appel au chef de l’Etat pour un cinquième mandat.

A ce titre, déclarant que sa formation politique ” soutient toute initiative de l’Etat allant dans le sens du consensus et du dialogue national afin de débattre des différentes questions d’actualité et qui préoccupent nos jeunes“, Ghouini estimera que le chef de l’Etat “est le seul garant pour la poursuite du développement du pays et du processus de la réconciliation nationale“.

Dans ce sens,tout en reconnaissant des carences à combler en vu de répondre aux aspirations des jeunes algériens, il réitèrera ainsi l’appel d’El-Islah El-Watani “au Président de la République pour se présenter à un cinquième mandat afin de poursuivre ses efforts de réconciliation et les efforts du développement que connaît les différentes régions du pays”.

Par ailleurs, évoquant l’élection sénatoriale, tenues aujourd’hui, pour le renouvèlement du tiers présidentiel, Filali Ghouini, considérant que «les élus doivent choisir les sénateurs de façon transparente sans qu’ils soient sous pression”, dira souhaiter que “les futurs sénateurs doivent être aussi capables de représenter dignement le citoyen algérien” . Lequel choix, poursuivra-t-il, doit “réponde aux critères pouvant servir les intérêts suprêmes de la nation ».

De plus, le phénomène de harga sera également évoqué par le patron d’El-Islah El Watani. Un fléau pour lequel il déplorera les “dizaines de victimes en mer” et qu’il qualifiera de “très dangereux“. A ce sujet, estimant que “nos jeunes prennent des embarcations de fortunes et traversent la mer à cause du chômage et des mauvaises conditions de vie“, il lancera ainsi “un appel aux hautes autorités du pays à répondre rapidement aux aspirations des jeunes avant que la situation ne se complique davantage“.

- Publicité -