Le Canada a refoulé la cargaison de dattes infestées de vers. Photo:S.El Haddad.
- Publicité -

En l’absence d’un contrôle rigoureux et de maitrise des règles commerciales internationales, les quelques tentatives d’exportations sont condamnées au refus d’accéder aux marchés internationaux. Le cas de la pomme de terre saturée aux pesticides vient d’être refoulée par la Russie et le Canada car, considérée impropre à la consommation. 

Au moment ou l’Algérie compte énormément sur le secteur de l’Agriculture pour diversifier son économie et sortir de sa dépendance des hydrocarbures, le refoulement des produits agricoles par la Russie et le Canada ces derniers jours constitue un avertissement sévère quant à la capacité des entreprises nationales à exporter et à bien exporter.

Cet épisode peut aussi bien constituer un moyen de rattraper et corriger certaines lacunes comme la maitrise des normes et règles d’accès aux marchés étrangers. Les concepteurs de la stratégie nationale des exportations en phase de finaliser le texte pourra s’en servir pour pouvoir les moyens d’éviter ce genre de mésaventures. Il s’est avéré à travers ce cas que les agriculteurs algériens ne respectent pas les normes nécessaires pour conquérir les marchés étrangers. Les pesticides et autres produits utilisés par les agriculteurs en Algérie sont avérés cancérigènes.  En effet, des agriculteurs véreux utilisent ces produits dangereux pour la santé de manière à ce qu’ils mûrissent vite et triple de volume, à l’exemple de la tomate et la pomme de terre, la fraise…Il en est de même pour les dattes pour quelles gardent leur brillance. Selon le président de l’Association nationale des exportateurs, Ali Bey Nasri, qui intervenait récemment sur les ondes de la radio nationale, la France a décidé d’incinérer des tonnes de pommes de terre algériennes jugée impropre à la consommation. La Russie, quant à elle, a renvoyé la marchandise à l’expéditeur en raison d’une forte concentration de pesticides. Le Canada, quant à lui, a refoulé une cargaison de dattes infestées de vers. Selon la même source, les producteurs algériens font preuve d’excès dans l’utilisation de cinq types d’engrais et de pesticides interdits à l’étranger. De ce fait, les produits algériens se trouvent privés d’accès aux marchés européens, nord-américains et même ceux du Moyen-Orient.

A cet effet, le ministre du Commerce, Said Djellab, a instruit ses services de collecter toutes les informations nécessaires sur l’affaire du refoulement de ces marchandises et d’en connaître les détails et les circonstances. “Concernant cette affaire, j’ai ordonné aux services du ministère du Commerce de collecter les informations nécessaires concernant l’exportateur et de définir les causes du refoulement de la marchandise”, a-t-il déclaré. Selon le ministre, de petites opérations de refoulement peuvent se produire. Cependant,  explique t-il, l’exportateur doit être au courant de toutes les procédures exigées dans le cadre d’une opération d’exportation y compris les exigences du marché vers lequel il souhaiterait exporter sa marchandise.

ce fut l’occasion pour le ministre de souligner que la stratégie nationale des exportations, en  cours de préparation, prévoit plusieurs solutions aux problèmes relatifs à  l’accompagnement des exportateurs. Le ministre du commerce conduira un groupe de travail chargé de la vulgarisation et de l’exportation des fruits et légumes et dont la vision sera introduite dans la stratégie nationale des exportations, a ajouté le ministre du commerce. “Dans le cadre de l’élaboration de cette stratégie qui a connu jusqu’à présent l’organisation de trois consultations, une quatrième consultation est prévue le 25 juin en cours pour parvenir à une vision globale sur le développement des exportations hors hydrocarbures au mois de juillet qui sera suivie de l’élaboration d’une feuille de route pour la diversification des exportations”, a fait savoir M. Djellab. Il a rappelé en outre que “huit secteurs concernés ont été définis dont  l’agriculture en attendant le lancement d’un plan quinquennal pour le développement des exportations en octobre prochain. Sans donner des détails supplémentaires, le ministre a par ailleurs, révélé l’exportation dimanche d’une grande quantité de pomme de terre vers les Emirats arabes unis.

par ailleurs, Said Djellab a fait savoir que le dossier relatif à l’organisation du marché et à la distribution sera ouvert après l’Aïd El Fitr, suivi d’un large dialogue avec les élus et les associations durant septembre prochain.

- Publicité -