Les chiffres sont en "continuelle progression" Photo: DR
- Publicité -

Les chiffres sont en “continuelle progression” depuis la fin des années 90, notamment au niveau des wilayas de l’Ouest du pays qui enregistrent les taux les plus élevés sur le niveau national.

Six cent trente-sept nouveaux cas de sida (VIH) ont été enregistrés en 2018 au service des maladies infectieuses du CHU d’Oran, qui prend en charge des patients de 14 wilayas de l’Ouest et Sud-ouest du pays, a fait savoir aujourd’hui la chef de ce service.


En 2017, le nombre des nouveaux cas a été estimé à 646, ce qui indique qu’il y a une certaine constance, a souligné Pr Mouffok, faisant savoir que son service enregistre une moyenne de cinquante nouveaux cas par mois.

S’agissant de la prévalence de cette maladie, la même spécialiste a indiqué que les chiffres sont en “continuelle progression” depuis la fin des années 90, notamment au niveau des wilayas de l’Ouest du pays qui enregistrent les taux les plus élevés sur le niveau national.


Il y a une légère baisse dans les chiffres au niveau du CHU d’Oran, en raison de l’ouverture de deux centres de prise en charge du VIH au niveau de Sidi Bel-Abbès et Tlemcen, a-t-elle ajouté.

Les tendances ont, quant à elles, changé par rapport au genre, alors qu’une seule femme portait le virus contre quatre hommes dans les débuts de l’apparition de l’épidémie en Algérie, les chiffres de l’année 2018 font
état d’une légère prédominance féminine, avec 1,1 femme contre 1 homme.

Le bilan de l’année 2018 fait, par ailleurs, ressortir que la tranche d’âge la plus touchée par la maladie est cette située entre 25 et 40 ans avec un taux de 59% des cas. Les wilayas les plus touchées dans l’Ouest, selon ces mêmes chiffres, sont la wilaya d’Oran avec 31.5% des cas, suivie
de Mascara avec 18.9%.

- Publicité -