Le ministère de la Santé "a démenti (...) que le nombre de morts lors des récents événements ait atteint 100, et assure que le chiffre n'a pas dépassé 46", a rapporté l'agence Suna. Photo : DR.
- Publicité -

La dispersion violente d’un sit-in du mouvement de contestation cette semaine à Khartoum n’a pas fait “plus de 46 morts”, a affirmé ce jeudi le gouvernement soudanais, rejetant des chiffres divulgués jusque-là par un comité proche des manifestants.

Le ministère de la Santé “a démenti (…) que le nombre de morts lors des récents événements ait atteint 100, et assure que le chiffre n’a pas dépassé 46“, a rapporté l’agence Suna.

Selon le comité de médecins proche des manifestants, 108 personnes ont été tuées et plus de 500 blessées depuis lundi, date de la dispersion d’un sit-in à Khartoum.

Des manifestants qui campaient depuis début avril devant le QG de l’armée à Khartoum, où ils réclamaient le départ du Conseil militaire de transition au pouvoir, ont été violemment dispersés lundi. Les chefs du mouvement de contestation, qui ont parlé de “massacre“, ont également dénoncé de nombreuses exactions depuis cette date, commises selon eux par les hommes du Conseil militaire, qui a pris les rênes du pays au Soudan le 11 avril après la destitution du président Omar el-Béchir.

Dans ce contexte, les chefs de la contestation ont rejeté l’offre de dialogue lancé mercredi par le chef de ce conseil.

- Publicité -