Aller vers une réforme de la Constitution donnant plus de prérogatives au pouvoir législatif dans son contrôle du pouvoir exécutif. Photo: Facebook
- Publicité -

“Il sera proposé une réforme du texte fondamentale du pays en vue d’enrichir les réformes constitutionnelles”.

Les constances nationales ne seront l’objet de débats lors de la conférence nationale annoncée hier par le Président Bouteflika dans son message à la nation annonçant sa candidature aux élections présidentielles du 18 avril 2019. C’est là, l’une des déclarations tenues ce matin par Tayeb Louh, ministre de la Justice, Garde des sceaux, invité au Forum de la radio, de la chaîne 1.  

Dans cette lignée, le ministre de la Justice fera savoir que si les propositions qui émaneront des partis politiques qui prendront part à cette conférence nationale nécessitent des réformes profondes de la l’actuelle Constitution, amendée il y a trois ans, il sera proposé une réforme du texte fondamentale du pays en vue d’enrichir les réformes constitutionnelles du pays.

A ce titre, Tayeb Louh n’exclura pas d’aller vers une réforme de la Constitution, après le scrutin présidentiel d’avril prochain donnant plus de prérogatives au pouvoir législatif dans son contrôle du pouvoir exécutif et ce dans l’objectif de parvenir à un meilleur équilibre les pouvoirs.

Par ailleurs, le ministre de la Justice, estimera que le système fiscal national à lui aussi besoin d’une profonde réforme pour parvenir à une justice et une équité fiscale entre les l’ensemble des citoyens.

- Publicité -