"Si elle se réalise, l’acquisition d’Anadarko par Occidental nous offre l’opportunité d’acquérir un portefeuille d’actifs de classe mondiale en Afrique, ce qui renforcerait notre position de leader parmi les sociétés privées internationales sur le continent".
- Publicité -

Total a annoncé avoir signé un accord engageant avec Occidental en vue de l’acquisition des actifs du groupe pétrolier américain Anadarko en Algérie, Ghana, Mozambique et Afrique du Sud.

D’un montant de 8,8 milliards de dollars, l’accord s’inscrit dans  l’éventualité d’un succès de l’offre en cours d’Occidental pour le rachat de Anadarko, a précisé Total dans un communiqué.

“Cette transaction est donc conditionnée à la signature et à la finalisation de l’acquisition envisagée d’Anadarko par Occidental ainsi qu’à l’approbation par les autorités compétentes”, explique la même source qui souligne que la finalisation de la transaction entre Occidental et Total devrait avoir lieu en 2020.

Anadarko est opérateur en Algérie des blocks 404a et 208 avec une participation de 24,5 % dans le bassin du Berkine (champs d’Hassi Berkine,  Ourhoud et El Merk) dans lesquels Total détient déjà 12,25 %. En 2018, la  production de ces champs a été de 320.000 bep/j (barils équivalent pétrole par jour) de pétrole, a indiqué la même source.

“Si elle se réalise, l’acquisition d’Anadarko par Occidental nous offre  l’opportunité d’acquérir un portefeuille d’actifs de classe mondiale en  Afrique, ce qui renforcerait notre position de leader parmi les sociétés  privées internationales sur le continent”, estime Total qui soutient qu’en  acquérant les actifs d’Anadarko en Algérie, Total deviendra un opérateur  d’actifs pétroliers majeurs.

Selon le P-DG du groupe, Patrick Pouyanné, “Total s’est engagé à exécuter  cette transaction dans les meilleures conditions, dans le cas où l’offre  d’Occidental serait retenue pour l’acquisition d’Anadarko. Cette  transaction permettrait à Total et à Occidental de sortir tous les deux  gagnants”, ainsi, a-t-il poursuivi, “Total accèderait à plus de 3 milliards de barils de ressources et Occidental et renforcerait son bilan suite à  l’acquisition d’Anadarko en revendant immédiatement les actifs à  l’international de Anadarko”.

En ce qui concerne le Ghana, Anadarko possède des participations de 27 %  dans le champ de Jubilee et 19 % dans les champs de TEN, dont la production  en 2018 a été de 143.000 b/j de pétrole et de gaz.

Avec une participation de 26,5 % au Mozambique, le groupe américain est  opérateur de l’Area 1 sur laquelle un projet LNG de 12,8 Mt par an. Selon  Total, ce projet est “proche” de la décision finale d’investissement. “L’Area 1 contient plus de 60 Tcf (Trillion cubic feet) de ressources de  gaz dont 18 Tcf seront valorisés au travers de deux premiers trains de GNL dont le démarrage est attendu en 2024”, alors qu’en Afrique  du Sud, les licences d’exploration proches de Brulpadda est une découverte réalisée récemment par Total.

“L’ensemble de ces actifs représente environ 1,2 milliards de barils de  réserves prouvées et probables, dont 70 % de gaz, ainsi que 2 milliards de  barils de ressources long terme de gaz naturel au Mozambique. La production  en quote-part était de 96 kbep/j en 2018 et devrait croître à environ 160  kbep/j d’ici à 2025”, a expliqué le groupe français, un acteur majeur de  l’énergie.

- Publicité -