Maduro a remercié l'Armée pour son soutien face à la tentative d'usurpation du pouvoir par l'opposant Juan Guaido.Photo: DR.
- Publicité -


“Je demande que justice soit faite au Venezuela pour qu’il y ait la paix (…), pour que l’Etat social soit respecté (…). S’il y a justice, il y a une République (… ) ni la République, ni la patrie ne seront perdues“, a déclaré Nicolas Maduro
devant la Cour suprême.


Le président vénézuélien élu, Nicolas Maduro, a assuré qu’il est “résolu à honorer son mandat présidentiel“, jusquà son terme et à respecter la Constitution, ceci tout en saluant le soutien exprimé par la population, l’Armée nationale et la communauté internationale, ont rapporté aujourd’hui des médias locaux.

Lors d’une session spéciale, hier soir, devant la Cour suprême, qui lui a  renouvelé à l’occasion son “plein appui“, Maduro a remercié l’Armée pour  son soutien face à la tentative d’usurpation du pouvoir par l’opposant Juan Guaido, qui s’est autoproclamé “président en exercice” du Venezuela devant ses partisans à Caracas.

Le président vénézuélien, qui avait prêté serment le 10 janvier passé pour son second mandat à la tête du pays, a déclaré qu’il ne quitterait pas sa fonction de Chef de l’Etat avant l’expiration de son mandat en 2025, ont ajouté les mêmes sources. “Je continuerai à assumer mes responsabilités constitutionnelles durant toutes les années qui m’incombent en tant que président de la République jusqu’en 2025, avec le soutien du peuple et de l’Armée“, a déclaré le chef de l’Etat devant les membres de la Cour suprême de justice, ont poursuivi les médias vénézuéliens.

Le président élu a assuré, en outre, qu’il ne renoncerait en aucun cas aux engagements de son pays vis-à-vis de la communauté internationale, insistant sur l’importance de “la justice pour préserver la paix dans le pays”. “Je demande que justice soit faite au Venezuela pour qu’il y ait la paix (…), pour que l’Etat social soit respecté (…). S’il y a justice, il y a une République (… ) ni la République, ni la patrie ne seront perdues“, a-t-il assuré.

L’opposant Juan Guaido, renvoyé mardi dernier du poste de président de l’Assemblée  nationale vénézuélienne sur décision de la Cour suprême, s’est autoproclamé mercredi dernier “président en exercice” du pays et a prêté serment dans la rue.

Le président américain, Donald Trump, l’a reconnu immédiatement comme  “président par intérim” du Venezuela et a déclaré qu’il “utiliserait tous  les outils économiques et diplomatiques pour rétablir la démocratie au  Venezuela“.

Le président Nicolas Maduro a dénoncé la démarche entreprise par Washington, l’accusant d’avoir incité à “un coup d’Etat au Venezuela“. Il a décidé alors de rompre officiellement les relations diplomatiques avec Washington, invitant tous les diplomates américains à quitter dans 72 heures le territoire vénézuélien et de fermer l’ambassade et de tous les consulats de son pays aux Etats-Unis.

- Publicité -