- Publicité -

Se demandant ou est passé la justice dans cette affaire, des centaines de travailleurs et syndicalistes ont manifesté devant de siège de l’Union générale des travailleurs algériens et ont exigé, pour la unième fois le départ « immédiat » de Sidi Saïd.

Les manifestants ne désespèrent pas devant la sourde oreille de Sidi Said . en effet , ce mercredi 12 juin , des centaines d’adhérents de toutes les 48 wilayas se sont rassemblés devant le siège de l’UGTA afin de réitéré leurs revendications a savoir ,” la libération de l’UGTA , le départ de Sidi Said et son clan ainsi que l’emprisonnement du SG de l’Union générale des travailleurs algériens.

sortez de notre vie” scandent les manifestants qui assurent que nul autre ne choisira le prochain président que le peuple algérien.



“Vingt ans barakat. Qu’il rentre chez lui “, criaient ces travailleurs, syndicalistes et citoyens  qui semblés en avoir gros sur le cœur. Devant le silence de ce dernier ,  les manifestants ont appelé la population ”  travailleurs, travailleuses, étudiants, chômeurs… ”  A les soutenir et se joindre a eux dans leur rassemblement.

les manifestants exigent l’emprisonnement de Sidi Said a El Harrach

En outre, les opposants de Sidi Said ont affiché leur farouche opposition à la tenue du congrès programmé par le secrétariat national les 21 et 22 du mois en cours.

Exprimant  de nouveau le “rejet par les travailleurs de la ligne antipopulaire et anti-travailleurs que suit l’actuel secrétariat national de l’UGTA”,  les protestataires ont dénié ainsi le droit à la direction actuelle de l’UGTA de prendre la moindre décision qui engage la Centrale, notamment l’organisation du congrès.

Ils rejettent toutes les démarches qu’ils jugent illégales et anti-statutaires, entreprises par le secrétariat national. Pour eux, seule la commission exécutive nationale (CEN) est habilitée à préparer et à organiser un congrès.

En revanche, les syndicalistes adhèrent à “la mise en place du comité national de réappropriation de l’UGTA par les travailleurs”. Ils estiment que seule cette instance est “habilitée à parler au nom des adhérents à l’UGTA et de préparer le congrès extraordinaire de l’organisation avant la fin de l’année“.

- Publicité -